Concerts, La Scène, Musique symphonique

« Je fais une carrière sans faire carrière »

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 29-IX-06. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 en si mineur « Inachevée » D759. Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°13 en si bémol mineur op. 113 « Babi Yar ». Sergei Leiferkus, baryton. Chœur de basses de Radio-France (chef de chœur : Vladimir Tchernoutchenko), Orchestre National de France, direction : Kurt Masur.

est capable de tout. Après une fin de saison contrastée en juin dernier (entre instants de grâce le 25 mai ou le 29 juin et déceptions le 16 juin ou le 22 juin) voila les deux facettes du chef réunies en un seul concert. L’» Inachevée » de Schubert est donnée avec un effectif fourni de cordes, une option qui en vaut une autre.

Mais l’ensemble reste lourd, avec des phrases de vents tonitruantes, des transitions mal amenées et trop peu de différentiations des plans sonores. L’Orchestre National ne se dépare pas de son excellence, et la « pâte » Masur est bien perceptible dans les pianissimi des cordes, mais ce Schubert indigeste de lourdeur vous reste sur l’estomac… Tel n’est pas le cas de la Symphonie n°13 de Chostakovitch.

Certainement aidé par le propos dramatique de l’œuvre (les poèmes sont d’Evgeni Evtouchenko), le chef mène ses troupes dans une musique implacable de désespoir, où le double sens des textes n’échappe à personne. Les tensions des premier (Babi Yar, équivalent ukrainien d’Oradour-sur-Glane) et quatrième (la Terreur – excellent tuba solo de Bernard Neuranter) mouvements atteignent des sommets de paroxysme, tandis que l’aspect sardonique de l’Humour (« qui se rit des dictateurs ») ou la fausse ironie de l’ultime partie (avec son effet de valse musette) sont admirablement rendus.

La réussite est largement due à , qui sait trouver les couleurs nécessaires à chaque poème et sait passer d’une atmosphère à une autre avec un naturel confondant. Le public ne s’est pas trompé en réservant des rappels plus longs que nature aux soliste, chœur et orchestre.

Crédit photographique : © Théâtre Mariinsky, Saint-Pétersbourg

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 29-IX-06. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 en si mineur « Inachevée » D759. Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°13 en si bémol mineur op. 113 « Babi Yar ». Sergei Leiferkus, baryton. Chœur de basses de Radio-France (chef de chœur : Vladimir Tchernoutchenko), Orchestre National de France, direction : Kurt Masur.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.