À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Phantasien und Traumgestalten par Christianne Stotijn

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828), Alban Berg (1885-1935), Hugo Wolf (1860-1903) : Lieder. Christianne Stotijn, mezzo-soprano ; Joseph Breinl, piano. 1 CD Onyx Onyx 4009. Enregistrement réalisé à Potton Hall, Dunwich, Suffolk, England, 21-23 juillet 2005. Notice en allemand et en français. Traduction des poèmes allemand en anglais. Durée : 63. 33

 

Les Clefs ResMusica

Après Schwartzkopf ou Fischer-Dieskau, comment oser proposer une interprétation de ces quelques lieder de Wolf (sur les textes du poète Souabe au lyrisme féerique Mörike), d’une poignée de lieder de Berg et d’un choix, toujours soumis à caution, d’une douzaine de lieder de Schubert ? Dès la première audition, la voix de sans nous faire oublier nos références, les dépoussière par une actualisation superbe de ce répertoire, sans grandiloquence gratuite mais avec une assurance et une précision impressionnantes dans les variations de nuances et de couleurs. Changements, transformations et même travestissement sont au programme de ces poésies rassemblées sous le signe de la métamorphose nocturne.

L’accompagnement ici joue parfaitement son rôle d’ombre de la chanteuse, ombre que l’on regarde parfois plus que la figure qui se tient devant, tant ces textes et ces atmosphères musicales nous entraînent au fond de nous-mêmes et nous incitent à la contemplation de ce qui traîne, de ce qui reste, de la trace invisible du son dans nos consciences. est un produit typique de l’école du nord, un instrument vivant avec l’audace et l’imagination vocale d’une Anne Sophie von Otter. Elle réinvente pour nous Schubert, Berg et Wolf, y trouve sa nature, chaque fois différente, n’hésite pas à voiler sa voix, à la dissimuler sous un mezza-voce enivrant pour mieux se et nous délivrer lorsque le poème se dévoile enfin et nous confie son sens, longuement et savamment- chez Wolf- distillé. On succombera, sans remords, à ce disque intelligemment dessiné, à la pulsation retenue, volontairement, avec une jouissance rythmique parfaite, ce qui n’est pas un détail dans cette musique où le texte peut parfois faire oublier le tempo. Or, justement, ici le poème est chanté, par une voix qui a la souplesse d’un violon, les couleurs de la nuit, de l’inattendu, par une chanteuse qui est une musicienne incomparable et nous donne une interprétation qui ne peut que s’imposer et trouver sa place parmi les plus grandes.

<strong></strong> (1797-1828), <strong></strong> (1885-1935), <strong></strong> (1860-1903)&nbsp;: <em>Lieder</em>. <strong>Christianne Stotijn</strong>, mezzo-soprano&nbsp;; <strong>Joseph Breinl</strong>, piano. 1 CD <strong>Onyx</strong> Onyx 4009<strong>. </strong> Enregistrement réalisé à Potton Hall, Dunwich, Suffolk, England, 21-23 juillet 2005. Notice en allemand et en français. Traduction des poèmes allemand en anglais. Durée&nbsp;: 63. 33

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828), Alban Berg (1885-1935), Hugo Wolf (1860-1903) : Lieder. Christianne Stotijn, mezzo-soprano ; Joseph Breinl, piano. 1 CD Onyx Onyx 4009. Enregistrement réalisé à Potton Hall, Dunwich, Suffolk, England, 21-23 juillet 2005. Notice en allemand et en français. Traduction des poèmes allemand en anglais. Durée : 63. 33

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.