À emporter, Audio, Musique symphonique

Le Strauss bien propre sur lui de Rafael Frühbeck de Burgos

Plus de détails

Richard Strauss (1864-1949) : Eine Alpensinfonie op. 64 ; Rosenkavalier-Suite. Orchestre philharmonique de Dresde, direction : Rafael Frühbeck de Burgos. 1 CD Genuin GEN 86074. Enregistré en octobre 2005 au Kulturpalast de Dresde. Notice de présentation en allemand et anglais. Durée : 71’12mn

 

Strauss bien propre sur luiFondée en 1870, la Philharmonie de Dresde reste un orchestre assez peu médiatisé à l’ombre de l’imposante et pluricentenaire Staatskapelle de la même ville. Pourtant la simple lecture de ses différents directeurs est assez élogieuse : Carl Schuricht, Paul van Kempen, Kurt Masur, Günther Herbig, Herbert Kegel, Michel Plasson, Marek Janowski et maintenant . On ne présente plus ce dernier qui est bien connu des discophiles pour ses célèbres enregistrements des Carmina Burana d’Orff et de Carmen de Bizet pour EMI. Fortement sollicité à l’ère du vinyle et des débuts du disque compact, ce musicien allemand né en Espagne fait un retour discographique pour le label Genuin pour lequel il a déjà enregistré un autre album couplant Don Quichotte, Don Juan et Till l’Espiègle.

S’attaquer à la Symphonie alpestre permet pour un orchestre de faire valoir sa cohésion et la qualité de ses solistes tant certaines parties sont redoutables (trompettes entre autres). L’interprétation de Frühbeck de Burgos est de bon goût, bien équilibrée, narrative. Mais, l’orchestre, en dépit d’une belle homogénéité et d’une certaine perfection technique (attaques des cuivres d’une grande précision) manque assez de personnalité et de coffre. On restera donc fidèles à nos chères références : Karajan en vidéo chez DGG pour l’hédonisme sonore absolument narcissique et fascinant et le grand Mravinsky (Melodiya) qui pousse son orchestre dans ses derniers retranchements. Pour une version récente, celle d’Antoni Witt chez Naxos semble s’imposer.

La « grande » suite du Chevalier à la Rose apparaît scolaire et besogneuse. Cette interprétation rigoureuse est trop fixée sur la barre de mesure et l’orchestre manque cruellement de magie et de souplesse dans ses timbres.

(Visited 75 times, 1 visits today)

Plus de détails

Richard Strauss (1864-1949) : Eine Alpensinfonie op. 64 ; Rosenkavalier-Suite. Orchestre philharmonique de Dresde, direction : Rafael Frühbeck de Burgos. 1 CD Genuin GEN 86074. Enregistré en octobre 2005 au Kulturpalast de Dresde. Notice de présentation en allemand et anglais. Durée : 71’12mn

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.