À emporter, CD, Opéra

Sardakai d’Ernst Křenek : De l’art du secondaire

Plus de détails

Ernst Křenek (1900-1991) : Sardakai. Ksenija Lucic, Sardakai ; Egbert Köhler, Dr. Adriano ; Markus Köhler, un psychanalyste ; Cornelia Entling, son amie ; Jörg Dürmüller, un poète ; Maacha Deubner, son amie. Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, direction : Reinhard Schmiedel. 2 CD Capriccio 60 129. Enregistré à Berlin en septembre 2000. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Texte chanté en allemand, anglais et français. Durée : 100’54

 

Les importants fonds des radios publiques allemandes permettent d’enregistrer des œuvres particulièrement rares du répertoire lyrique germanique. Le présent volume nous propose le dernier opéra d’. Communiste et moderniste à ses débuts, cet enfant de Vienne reste essentiellement l’auteur de Johnny Spielt auf.

Cet opéra créé en 1927 à Leipzig rencontra alors un immense succès à travers le monde. Avant 1930, pas moins de 70 théâtres proposaient cette œuvre à leur répertoire. Devenu l’épouvantail des nazis et, avec Mahler et Schœnberg, la caractérisation de la « musique dégénérée », le compositeur fut contraint à de s’exiler aux Etats-Unis où il entrepris une carrière de pédagogue, tout en continuant son importante activité d’écriture. Persévérant dans le domaine lyrique, le compositeur peina à rencontrer le succès, mais reste néanmoins l’auteur d’un catalogue impressionnant pour tous les genres de la musique classique.

C’était donc avec grand intérêt que l’on découvrait ce dernier ouvrage lyrique de son auteur, fruit d’une commande de Rolf Libermann. Envisagé initialement pour être représenté en marge de Così fan Tutte lors d’une tournée à Lucerne, cette partition reprend différents aspects de la partition de Mozart : le nombre et la répartition des personnages, le thème des fugacités et de l’inconstance de l’amour. Sauf que l’intrigue se passe sur une île lointaine et que la partition et le livret sont agrémentés d’allusions aux années 1970.

Cependant, cette partition d’une assez grande aridité dans l’écriture vocale et peu variée dans le traitement des voix, peine à émouvoir et à trouver un sens. L’interprétation est excellente tant du côté des chanteurs que de l’orchestre, mais cette pièce est, du moins au disque, difficile à comprendre, et gagnerait certainement à être présentée scéniquement.

Plus de détails

Ernst Křenek (1900-1991) : Sardakai. Ksenija Lucic, Sardakai ; Egbert Köhler, Dr. Adriano ; Markus Köhler, un psychanalyste ; Cornelia Entling, son amie ; Jörg Dürmüller, un poète ; Maacha Deubner, son amie. Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, direction : Reinhard Schmiedel. 2 CD Capriccio 60 129. Enregistré à Berlin en septembre 2000. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Texte chanté en allemand, anglais et français. Durée : 100’54

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.