Plus de détails

Jean Françaix (1912-1997) : Huit Danses exotiques ; Sonate pour piano ; Eloge de la Danse (Six épigraphes de Paul Valéry) ; Danse des trois arlequins ; Huit Variations sur le nom de Johannes Gutenberg ; Scuola de Ballo sur des thèmes de Boccherini. Maria Gabriella Bassi & Claude Françaix, pianos. 1 CD DAD Records DAD-014-2. Enregistré dans l’Auditorium Nino Rota, Bari (Italie) les 6 et 7 juillet 2005. Notice trilingue (italien, anglais, français). Durée : 71’21’’

 

S’il restait quelques doutes, les voilà repoussés et anéantis : l’héritage musical de stagne illégitimement dans un profond oubli qu’il est grand temps de combattre. Son raffinement, sa facilité d’écriture, sa fréquentation d’une voix esthétique médiane ont-ils eu raison de sa postérité ?

Compositeur et excellent pianiste, élève de Nadia Boulanger (1922) puis du Conservatoire de Paris (1926), accompagnateur recherché, il affichera une étonnante assurance d’écriture faite d’élégance, de grâce et souvent empreinte d’humour et de pétillance. Proche de la tradition classique, marqué par Stravinsky et habité par une indéniable saveur de terroir, il aura probablement pâti de choix stylistiques condamnés par les références dominantes et dominatrices de l’époque.

Ce compact disque intitulé « Eloge de la danse » reprend des œuvres pour deux pianos du compositeur et ainsi offre un large panel de son interprétation des rythmes de danse. et (fille de Jean avec lequel elle a souvent joué et même enregistré), deux pianistes émérites, parcourent ces brèves pages avec beaucoup de précision et de respect, soulignant comme il convient les Huit Danses exotiques (1957) à propos desquelles le compositeur a précisé : « De mes Danses exotiques, seuls les rythmes sont authentiques. Tous les thèmes sont à moi ». La Sonate pour piano, écrite en 1960 comme morceau de concours pour le Conservatoire de Paris offre plus de consistance et dispense un langage intéressant qui justifierait davantage de fréquentation. L’Eloge de la danse (1947) est un cycle de six valses tirées des Epigraphes de Paul Valéry dans Le Dialogue de l’Ame et de la Danse où Françaix, une fois encore inscrit les qualités susmentionnées, un brin de nostalgie en plus (Amabile, rubato).

Noyé au beau milieu d’un répertoire immense, il nous paraît hautement louable d’avoir sauvé pour un temps de l’indifférence ces pièces fort bien mises et attachantes.

Plus de détails

Jean Françaix (1912-1997) : Huit Danses exotiques ; Sonate pour piano ; Eloge de la Danse (Six épigraphes de Paul Valéry) ; Danse des trois arlequins ; Huit Variations sur le nom de Johannes Gutenberg ; Scuola de Ballo sur des thèmes de Boccherini. Maria Gabriella Bassi & Claude Françaix, pianos. 1 CD DAD Records DAD-014-2. Enregistré dans l’Auditorium Nino Rota, Bari (Italie) les 6 et 7 juillet 2005. Notice trilingue (italien, anglais, français). Durée : 71’21’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.