À emporter, CD, Opéra

La voix lumineuse de Renée Fleming

Plus de détails

Airs extraits d’opéras de Francesco Cilea (1866-1950), Bedřich Smetana (1824-1884), Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), Giaccomo Puccini (1858-1924), Erich Wolfgang Korngold (1897-1957), Charles Gounod (1818-1893), Richard Strauss (1864-1949), Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908), Giuseppe Verdi (1813-1901), Jules Massenet (1842-1912) et Leoš Janáček (1854-1928). Renée Fleming, soprano. Orchestre du Théâtre Marinsky, direction : Valery Gergiev. 1 CD Decca 475 8070. Enregistré en 2006. Livret d’accompagnement en anglais, français, allemand. Textes des pièces en langue originale et en traduction anglaise. Durée : 67’27’’.

 

L’âge d’or des cantatrices n’est plus. Le Panthéon lyrique affiche complet et a refermé à jamais la grande porte d’entrée de son caveau. Il faut un sacré coup de gueule pour forcer la serrure d’un tel lieu. Entourée de fleurs et de parfums, prend la pose, – gravures à l’ancienne, imitant celles au burin et eaux-fortes – aux côtés des Lotte Lehmann, Maria Jeritza, Rosa Ponselle, Geraldine Farrar, Magda Olivero et autres Mary Garden. C’est un hommage rendu et partagé, des affinités électives, une liaison sororale. C’est dans cet état d’esprit que la soprano américaine a décidé de gravir les marches et d’aller à la rencontre de ses sœurs aînées. Désormais, le ciel lyrique n’attend plus la mort pour s’ouvrir à la béatification des plus grandes voix. C’est l’ascension d’Orphée, harmonisée aux doux accords de la lyre, au-dessus de la mêlée cacophonique des simples mortels.

Choix éclectique et raffiné, coupe sagittale dans un programme qui se veut élitiste, ce sont quelques fleurs rares restées dans l’ombre qui ne demandent qu’un peu d’eau pure et de lumière pour rafraîchir le sens auditif des mélomanes. C’est une opération délicate, une sorte de trépanation réussie dans le répertoire lyrique obscur. Voix sensuelle et voluptueuse dans le « Vissi d’arte » de Tosca de Puccini, suavité du timbre dans le « Taceo la notte » du Trovatore de Verdi, ces pages archiconnues côtoient le sublime d’Heliane et Die Kathrin de Korngold ou encore l’étrange Servilia de Rimski-Korsakov. La voix se moule parfaitement aux exigences demandées. Lignes parfois abruptes ou sinueuses, la soprano réussit à traduire l’émotion ainsi contenue. Trésor abandonné par les théâtres d’aujourd’hui, la Cléopâtre de Massenet mériterait de revivre sur scène. « J’ai versé le poison dans cette coupe d’or » nous renverse par la force dramatique.

Comment définir la voix de  ? Georg Solti l’appelait affectueusement Madame double-crème, vite devenue le sobriquet pour la diminuer. C’est une voix exceptionnelle, une romantique à la voix lumineuse et ce disque réussit à nous rendre tout l’art de Renée Fleming. Ce n’est pas seulement un hommage, mais une manière nouvelle et très personnelle de s’approprier un répertoire situé entre 1870 et 1920. Nature inquiète, recherchant hors des sentiers battus la perfection dans le respect des modulations et du rythme, des couleurs chatoyantes, elle s’inscrit dans la grande tradition lyrique renouant avec l’époque luxuriante de ses aînées.

Sous la baguette de , l’Orchestre enflammé du Théâtre Marinsky, nous captive par ses caractéristiques rythmiques et mélodiques. Il fallait un romantique passionné, un alter ego, pour donner des ailes à la diva.

Plus de détails

Airs extraits d’opéras de Francesco Cilea (1866-1950), Bedřich Smetana (1824-1884), Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), Giaccomo Puccini (1858-1924), Erich Wolfgang Korngold (1897-1957), Charles Gounod (1818-1893), Richard Strauss (1864-1949), Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908), Giuseppe Verdi (1813-1901), Jules Massenet (1842-1912) et Leoš Janáček (1854-1928). Renée Fleming, soprano. Orchestre du Théâtre Marinsky, direction : Valery Gergiev. 1 CD Decca 475 8070. Enregistré en 2006. Livret d’accompagnement en anglais, français, allemand. Textes des pièces en langue originale et en traduction anglaise. Durée : 67’27’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.