Banniere-ClefsResmu-ok

Gomez-Mansur : un interprète de génie, pas une machine

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Franz Liszt (1811-1886) : Consolation n°3 S. 172 III ; Prélude sur un thème de la cantate de Bach BWV 12 S. 179 ; Frédéric Chopin (1810-1849) : Mazurka op. 33 n°4 ; Franz Schubert (1797-1849)  : Impromptus op. 90 (D899) n°2, n°3 et n°4 ; Robert Schumann (1810-1856) : Novelette op. 21 n°1 ; Traumereï op. 15. Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Préludes op. 32 n°5, n°10, n°12 ; Prélude op. 23 n°5 ; Alexandre Scriabine (1872-1915) : Etude op. 8 n°1 ; Etude op. 2 n°1. Adriel Gomez-Mansur, piano. 1 CD Avanticlassic. Référence 5414706 10252. Enregistré en mai 2006. SACD. Notice trilingue (anglais-français-allemand). Durée : 66’42’’

 

Les Clefs ResMusica

C’est avec beaucoup de plaisir que nous écoutons le premier CD d’, repéré par Martha Argerich et invité au festival portant son nom en 2001 et 2002. Sur la carte d’identité de ce jeune garçon, nous pouvons lire : , né à Buenos Aires en 1989, commence le piano à 4 ans, joue dans les plus grandes salles argentines dès l’âge de 7 ans …

Un classique! A new Kissin? Pas vraiment ! Pas du tout ! Un disque étrange. Tout d’abord, le programme peut paraître surprenant : nous avons droit à des œuvres peu connues de grands compositeurs et à d’autres jouées et rejouées (Prélude op. 23 n°5 de Rachmaninov) mais nous attendrons encore quelque temps pour avoir la célébrissime Etude op. 8 n°12 de Scriabine.

A la première écoute, on s’aperçoit très vite que ce disque ne ressemble à aucun autre. Gomez-Mansur est très loin d’être une bête à concours, cela se ressent dans son jeu de façon incontestable. Un seul adjectif convient à ses interprétations : «magiques». Quelle poésie! Quelle sensibilité! La technique est là, mais tellement loin … Une vraie redécouverte du Prélude op. 23 n°5 de Rachmaninov, où la gestion des phrasés et du tempo est exceptionnelle. La Mazurka de Chopin et les impromptus de Schubert renferment la même intensité, la même finesse, la même prose.

Ce disque est un monument, une page personnelle directement extraite du cœur d’un homme, et lorsque nous écoutons la fin du récital, conclu par l’œuvre de jeunesse op. 2 n°1 de Scriabin, nos pieds touchent le sol, nos yeux sont ailleurs…

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.