Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Frédéric Vaysse-Knitter, à retenir d’urgence pour l’avenir

Plus de détails

Paris, Fondation Dosne-Thiers. 03-II-2007. Frédéric Chopin (1810-1849) : Fantaisie en fa mineur op. 49 ; Trois Ecossaises op. 72 ; Nocturne en do dièse mineur op. 27 n°1 ; Valse en la bémol majeur op. 37 n°2 ; Impromptu en fa dièse majeur n°2 op. 36 ; Mazurka op. 63 n°2 ; Ballade n°1 en sol mineur op. 23. Textes de Malfille, George Sand, Arthur Rimbaud et Charles Baudelaire. Yvan Révol, récitant. Frédéric Vaysse-Knitter, piano.

Déjà remarqué au disque par un récital Haydn, le jeune pianiste vient sur Paris à l’occasion de la confidentielle saison « Autour du piano » conçue et gérée – de la programmation à la billetterie – par Hervé Archambeau. Un cycle original de concerts, loin du battage médiatique des grandes salles, dans des lieux intimistes comme la Salle Cortot, le musée Jacquemart-André ou la Fondation Dosne-Thiers, ancienne demeure du royaliste fondateur de la IIIe République. Consacrée essentiellement au répertoire pianistique du XIXe siècle, « Autour du piano » se permet quelques entorses en invitant le Quatuor Antares ou en plaçant quelques pièces du XXe siècle signées Gershwin, Tansman ou Debussy. L’affiche n’est pas négligeable, et permet d’écouter et réécouter des pianistes trop discrets et pourtant si talentueux, tels France Clidat, Jean Dubé, Jean Martin, Billy Eidi ou Ventsislav Yankoff.

A l’instar de presque tous les concerts de cette saison, ce récital de consacré à Frédéric Chopin était entrecoupé de lectures de textes d’auteurs divers par le comédien Yvan Révol. L’exercice, mille fois éprouvé, a pour risque de faire relâcher la tension d’un public venu essentiellement écouter de la musique. Ce soir il n’en fut rien, tant le rythme lecture/piano fut soutenu, sans temps morts, avec une idéale adéquation entre les textes lus et les morceaux joués. Nuls applaudissements ne sont venus perturber cette évocation de correspondances romantiques, si ce n’est l’accueil chaleureux donné aux artistes en fin de concert.

Sans nul doute Frédéric Vaysse-Knitter est un pianiste dont on entendra souvent parler à l’avenir. A l’aise dans l’œuvre de Chopin, dont outre le prénom il partage aussi la double culture franco-polonaise, nous sommes loin d’une lecture souffreteuse couramment donnée, celle de partitions d’un compositeur désespérément désespéré, dont la moindre double-croche cache une toux phtisique. Chopin selon Vaysse-Knitter est enjoué, parfois mélancolique, toujours spontané. Les tempi sont allants sans être rapides, l’exercice de la virtuosité ne se fait jamais pyrotechnie et la maîtrise de la technique n’empêche pas l’épanouissement d’une pleine musicalité. Le jeu reste toujours égal et très délié, sans brusquerie, avec un dosage subtil de la pédale forte. Chopin a trouvé un interprète idéal parmi la jeune génération d’interprète. Dommage que l’accord du piano n’ait pas été fait avec soin…

Site de la saison « Autour du piano » www.autourdupiano.com

Crédit photographique : © Remigiusz Galazka

(Visited 262 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Fondation Dosne-Thiers. 03-II-2007. Frédéric Chopin (1810-1849) : Fantaisie en fa mineur op. 49 ; Trois Ecossaises op. 72 ; Nocturne en do dièse mineur op. 27 n°1 ; Valse en la bémol majeur op. 37 n°2 ; Impromptu en fa dièse majeur n°2 op. 36 ; Mazurka op. 63 n°2 ; Ballade n°1 en sol mineur op. 23. Textes de Malfille, George Sand, Arthur Rimbaud et Charles Baudelaire. Yvan Révol, récitant. Frédéric Vaysse-Knitter, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.