Festivals, La Scène, Musique symphonique

Festival ballets russes III de l’Orchestre Philharmonique de Liège

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 4-III-2007. Alexandre Borodine (1833-1887) : Le Prince Igor, Danses Polovtsiennes. Manuel de Falla (1876-1946) : Le Tricorne, suite de ballet. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Clôture en apothéose de ce superbe premier week-end du festival des Ballets Russes à Liège avec un programme festif et pétaradant devant un auditoire de plus en plus nombreux. Véritable tube de la musique russe, les Danses Polovtsiennes extraites du Prince Igor sont une plantureuse mise en bouche. Seule rescapée d’un opéra des plus intéressants mais que l’on ne programme malheureusement plus, cette succession de danses qui ferme l’acte II fut l’un des grands succès de la première saison des ballets russes. tisse une interprétation assez rapide et bondissante qui insiste sur les dynamiques. L’orchestre, encore une fois, lui répond avec attention et musicalité.

Tube des ballets russes, le Tricorne de était proposé dans sa grande suite de concert qui restitue la quasi-totalité de la pièce à l’exception des interventions de la mezzo-soprano. Créée à Londres en 1919 dans des décors de Pablo Picasso, le Tricorne est la dernière grande création de la compagnie de Serge Diaghilev. Chef-d’œuvre d’un compositeur éternellement étonnant, El Sombrero de tres picos sonne espagnol tout en évitant tout décor de carte postale. Légère, contrastée, violente mais très virtuose dans son écriture, cette musique est d’un ravissement permanent qui soulève l’enthousiasme du public.

Le chef d’orchestre et ses musiciens donnent une lecture exemplaire qui associe la lisibilité des phrasés et le sens de la narration. Dansant, pugnace mais toujours attentif à la mise en valeur de l’orchestration et aux dynamiques, démontre son indéniable charisme pour hisser les musiciens vers des sommets interprétatifs. Les cordes sont aiguisées mais galbées tandis que les différents pupitres de vents sortent les plus géniales nuances et couleurs de leurs instruments alors que les cuivres sont tranchants. Cet engagement est récompensé par un grand succès public et nos artistes donnent, en bis, l’une des danses de la partition.

Crédit photographique : © Orchestre Philharmonique de Liège

(Visited 47 times, 1 visits today)

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 4-III-2007. Alexandre Borodine (1833-1887) : Le Prince Igor, Danses Polovtsiennes. Manuel de Falla (1876-1946) : Le Tricorne, suite de ballet. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.