Le Financier et le Savetier et autres délices de Jacques Offenbach

À emporter, CD, Opéra

Jacques Offenbach (1819-1880) : Le Financier et le Savetier et autres délices Ghyslaine Raphanel, Aubépine ; Franck T’hézan, Belazor ; Eric Huchet, Larfaillou ; Frédéric Bialeki, Premier invité. Orchestre des concerts Pasdeloup, direction : Jean-Christophe Keck. 1 CD Universal 4428964. Enregistré en studio en novembre 2006. Notice en français, anglais et allemand. Durée : 66’58’’

 

Les Clefs ResMusica

Vous cherchez un CD agréable à écouter, avec une musique légère, mais pas banale, et des interprètes inspirés ? C’est trouvé, le voilà. Le titre : Le Financier et le Savetier et autres délices… Le compositeur : . Et les interprètes : des spécialistes d’Offenbach.

Le Financier et le Savetier, opérette-bouffe en un acte, fut créée en 1856. L’histoire est inspirée de la fable presque homonyme (Le Savetier et le Financier) de La Fontaine : un financier et un savetier habitent le même immeuble. Le dernier, travaillant dans la cour, chante pendant toute la journée. Agacé, le financier lui offre cent écus pour le faire taire. L’artisan accepte. Mais dix huit ans plus tard, il rend l’argent. C’est qu’il veut terminer sa vie heureux – et en chantant. Chez Offenbach, c’est bien moins moral. Car, dès qu’il a l’argent en main, le savetier se découvre capitaliste. Il joue les cent écus contre le financier et le ruine complètement. De surcroît, il gagne la main de sa fille. Une fin heureuse ? Nous nous permettons d’en douter car le savetier adopte déjà le ton prétentieux du financier…

Musicalement, ce CD (il s’agit d’une première mondiale) est un authentique petit bijou. Sous la baguette alerte de , l’ joue avec esprit et finesse. Et les solistes trouvent exactement le ton requis par cette musique : ils y mettent de la légèreté et du pétillant, le tout agrémenté d’une diction exemplaire.

Heureusement, le plaisir ne se termine pas trop tôt. En complément de programme, nous trouvons d’autres raretés de la plume d’Offenbach. Notons surtout la belle romance d’Elsbeth de Fantasio et le duo très drôle tiré de L’Ile de Tulipant, où le ténor ne cesse d’imiter des instruments.

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.