Danse , La Scène, Spectacles Danse

Touchant « Journal d’inquiétude » de Thierry Baë

Plus de détails

Paris, Théâtre de la Bastille. 24-IV-07. Thierry Baë : Journal d’inquiétude. Conception : Thierry Baë. Avec Thierry Baë et un artiste invité (Bernardo Montet le 24-IV-07). Musique : Thierry Baë. Textes : Thierry Baë et E. E. Cummings. Lumière : Pierre Zach. Film : François Lejault. Scénario original : Thierry Baë. Regard amical : Jean-Marc Adolphe.

Que faire lorsque l’on est un danseur de 45 ans, handicapé par des difficultés respiratoires et qu’on a encore envie de créer et de danser ? Se faire remplacer par un autre danseur, de préférence plus connu, dont le nom restera une surprise jusqu’au bout.

C’est le pari gonflé qu’a fait le danseur et chorégraphe en imaginant ce solo émouvant et drôle en trois parties. Dans la première partie, le danseur obéit à ses propres injonctions de chorégraphe dans un solo en gestation, comme créé à vue. Le corps fourbu est éreinté, malhabile, presque pathétique. La voix qui sort de la bouche du chorégraphe est au contraire impérieuse, impérative et encourageante. Grâce à cette double casquette, le spectateur touche de près le processus de création, l’origine de l’appartenance du mouvement, tout en distinguant nettement quelle est la part de l’interprète et celle du chorégraphe.

Un film est ensuite projeté dans la seconde partie du spectacle. Édifiant, le film réalisé pendant la phase de conception et d’élaboration du solo, est fortement révélateur de la manière dont les productions et les collaborations artistiques se nouent. Passionnant, ce film n’est pourtant pas vraiment à l’honneur de la profession. On y croise cependant avec plaisir Mathilde Monnier, Bernardo Montet, Mark Tompkins, Catherine Diverrès ou Joseph Nadj dans des rôles dont ils ne peuvent guère se glorifier.

Pourtant, la réalisation effective du projet du spectacle : faire danser le solo par un chorégraphe connu, relativise toutes les difficultés rencontrées par pour monter sa création. La preuve que, malgré leur mauvaise volonté apparente, les chorégraphes ont répondu présent à ce projet artistiquement fort. Sur scène, Bernardo Montet endosse les gestes esquissés par dans la première partie et obéit à ses indications. Parfois, le solo échappe à son créateur ce qui laisse à l’interprète l’occasion de s’en saisir. Étonnamment, la partition textuelle est répétée au mot et à l’intonation près, formant la véritable matière de la pièce, qui en devient incantatoire.

Crédit photographique : © Pierre Grosbois

Plus de détails

Paris, Théâtre de la Bastille. 24-IV-07. Thierry Baë : Journal d’inquiétude. Conception : Thierry Baë. Avec Thierry Baë et un artiste invité (Bernardo Montet le 24-IV-07). Musique : Thierry Baë. Textes : Thierry Baë et E. E. Cummings. Lumière : Pierre Zach. Film : François Lejault. Scénario original : Thierry Baë. Regard amical : Jean-Marc Adolphe.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.