Bannière-Web-ResMusica-728x90

Musiciens « border-line » pour musique un peu folle

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

André Minvielle (né en ?) et Didier Petit (né en 1962) Naviguer, le chantenbraille (2004). André Minvielle voix, chant, bouteille, vielle à roue, percussions ; Didier Petit violoncelle, voix, chant. Invités spéciaux : Bernard Manciet (pl. 2), Marc Perrone (pl. 3), ainsi que George Gershwin et Dubose Heyward (pl. 10). 1 CD In situ IS240. Code barre 3 491570 024027. Enregistrements en public en divers lieux (Poitiers, Strasbourg, Corée) entre mars 2003 et août 2004. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 44’27

 

Il est vain de vouloir contenir André Minvielle et comparses dans une chronique telle que celle-ci, aussi libre d’expression soit-elle ! On ne peut que renvoyer au site officiel « L’Articole », pour se faire une idée, celle que l’artiste propose de lui-même, sans manquer tout de même d’évoquer chez ce membre de la Compagnie Lubat, héritier de cet autre sudiste Claude Nougaro, une palette expressive qui peut bien naviguer – faudrait-il dire dériver ? –, du blues au patois, passer du jazz à la java, jongler entre une ritournelle cosmique et un chant plaintif qui proviendrait d’une ère primitive.

Avec cet album, série d’enregistrements pris sur le vif, au-delà de rythmes dont on ne sait s’ils sont free jazz ou plutôt « actuels », au-delà de chants exploratoires qui pourraient aussi bien se revendiquer de telle ou telle origine ethnique – mais allez donc savoir si, ici même, un docte ethnomusicologue y retrouverait ses protégés ? – il y va de quelque chose de terriblement espiègle mais tout autant dans ce domaine d’expression hors-norme se joue l’authenticité du musicien : le sensible.

La reprise en fin d’album du classique parmi les classiques, Summertime, illustre de quelle façon ces prestations se place sous le signe de l’exploration, de l’archaïque, compris non-péjorativement comme la réduction de toute mélodie à ses composants rythmiques, et au final, sous le signe des ressorts sensibles, de toute pièce de musique.

Cet album qui déroutera au départ s’avère bien ficelé ! Même s’il propose une musique un peu folle – la langue française autorisant « déjantée » –, la magie scénique opère. Sûrement parce que l’art préserve de toute folie définitive.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.