À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Musiciens « border-line » pour musique un peu folle

Plus de détails

André Minvielle (né en ?) et Didier Petit (né en 1962) Naviguer, le chantenbraille (2004). André Minvielle voix, chant, bouteille, vielle à roue, percussions ; Didier Petit violoncelle, voix, chant. Invités spéciaux : Bernard Manciet (pl. 2), Marc Perrone (pl. 3), ainsi que George Gershwin et Dubose Heyward (pl. 10). 1 CD In situ IS240. Code barre 3 491570 024027. Enregistrements en public en divers lieux (Poitiers, Strasbourg, Corée) entre mars 2003 et août 2004. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 44’27

 

Il est vain de vouloir contenir André Minvielle et comparses dans une chronique telle que celle-ci, aussi libre d’expression soit-elle ! On ne peut que renvoyer au site officiel « L’Articole », pour se faire une idée, celle que l’artiste propose de lui-même, sans manquer tout de même d’évoquer chez ce membre de la Compagnie Lubat, héritier de cet autre sudiste Claude Nougaro, une palette expressive qui peut bien naviguer – faudrait-il dire dériver ? –, du blues au patois, passer du jazz à la java, jongler entre une ritournelle cosmique et un chant plaintif qui proviendrait d’une ère primitive.

Avec cet album, série d’enregistrements pris sur le vif, au-delà de rythmes dont on ne sait s’ils sont free jazz ou plutôt « actuels », au-delà de chants exploratoires qui pourraient aussi bien se revendiquer de telle ou telle origine ethnique – mais allez donc savoir si, ici même, un docte ethnomusicologue y retrouverait ses protégés ? – il y va de quelque chose de terriblement espiègle mais tout autant dans ce domaine d’expression hors-norme se joue l’authenticité du musicien : le sensible.

La reprise en fin d’album du classique parmi les classiques, Summertime, illustre de quelle façon ces prestations se place sous le signe de l’exploration, de l’archaïque, compris non-péjorativement comme la réduction de toute mélodie à ses composants rythmiques, et au final, sous le signe des ressorts sensibles, de toute pièce de musique.

Cet album qui déroutera au départ s’avère bien ficelé ! Même s’il propose une musique un peu folle – la langue française autorisant « déjantée » –, la magie scénique opère. Sûrement parce que l’art préserve de toute folie définitive.

Plus de détails

André Minvielle (né en ?) et Didier Petit (né en 1962) Naviguer, le chantenbraille (2004). André Minvielle voix, chant, bouteille, vielle à roue, percussions ; Didier Petit violoncelle, voix, chant. Invités spéciaux : Bernard Manciet (pl. 2), Marc Perrone (pl. 3), ainsi que George Gershwin et Dubose Heyward (pl. 10). 1 CD In situ IS240. Code barre 3 491570 024027. Enregistrements en public en divers lieux (Poitiers, Strasbourg, Corée) entre mars 2003 et août 2004. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 44’27

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.