Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Ein Abendmusik in Toulouse, le temps était suspendu, on s’y est cru….

Plus de détails

Toulouse. Eglise-Musée des Augustins, le 14-X-2007. Dietrich Buxtehude (1637-1707) : Toccata ex. F. a ; Herzlich lieb BuxWV41 ; Wo ist doch mein Freund geblieben ? BuxWV111 ; Ciacona ; Choral Jesu Meine Freunde BuxWV60 ; Dixit Dominus ; Preludium ex D Com Pedahl ; Magnificat (attribué à Buxtehude). Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Choral Jesu Meine Freude ; Choral Christ lag in Todesbanden ; Cantate Christ lag in Todesbanden BWV 4. Jan Willem Jansen, orgue. Monika Mauch et Regina Kabis, sopranos ; Philippe Barth, alto ; Christophe Einhorn, ténor ; Marcus Volpert, basse ; Stéphanie Pfister et Julia Fredersdorff, violons ; Caroline Gerber et Johanna Michalack, altos ; Michael Chanu, violone. Le Parlement de Musique, orgue régale et direction : Martin Gester.

Toulouse les orgues 2007

Pour clôturer en beauté un festival qui sera un très grand cru, a invité des musiciens complices. et son Parlement de Musique ne sont plus à présenter, ambassadeurs infatigables et largement récompensés qui apportent chaque fois une émotion musicale rare.

Ce qui frappe quand on a la chance d’assister à un concert du Parlement de Musique c’est le plaisir visible des membres de cet ensemble à faire de la musique ensemble pour leur public. Cela crée immédiatement une grande complicité avec la salle. Entouré des magnifiques œuvres d’art du Musée des Augustins, avec les commentaires éloquents du très cultivé , ce voyage dans la beauté a été un dépaysement bienvenu.

Dans un espace temps agréablement distendu, les œuvres du maître et de l’élève ont installé un dialogue stimulant. L’alternance de pièces d’orgue admirablement interprétées par du haut du magnifique instrument du Musée et de pièces vocales données par sur scène offrait une diversité bien agréable.

La variété et la beauté de l’inspiration de Buxtehude aura été une découverte pour beaucoup. La magnifique cantate BWV 4 de Bach, moment le plus émouvant du concert doit beaucoup au maître de Lübeck. La richesse de la musique d’orgue de Bach doit tout au Stilus fantasticus de Buxtehude.

Les artistes ont tous fait preuve d’un engagement réconfortant. Les violons avec une sonorité pleine et radieuse ont souvent dialogué amoureusement avec les voix. Les altos et le violone offrant un écrin précieux aux envolées lyriques. à l’orgue régal soutient et dirige du regard son ensemble de musiciens toujours complices. Les voix les plus belles sont celles des sopranos et du ténor mais toutes sont très équilibrées. La relative modestie des moyens est largement contrebalancée par un grand engagement, un phrasé toujours vivifiant, des nuances très expressives et surtout par un appui constant sur le texte. Un texte que tous comprennent et font comprendre. Bach redevient grâce à eux le musicien ampli de spiritualité qu’il devrait toujours rester mais que certaines interprétations négligent, y compris dans ce festival.

Merci à ces magnifiques artistes, musiciens sensibles, à diseur passionnant et à Jan Willem Jansen magnifique organiste et directeur artistique si avisé ! Sans oublier le coucher du soleil d’automne dans la rosace au dessus de l’orgue …

Vivement Toulouse les Orgues 2008 pour revivre de belles émotions musicales.

Crédit photographique : © Francis Bacon

Plus de détails

Toulouse. Eglise-Musée des Augustins, le 14-X-2007. Dietrich Buxtehude (1637-1707) : Toccata ex. F. a ; Herzlich lieb BuxWV41 ; Wo ist doch mein Freund geblieben ? BuxWV111 ; Ciacona ; Choral Jesu Meine Freunde BuxWV60 ; Dixit Dominus ; Preludium ex D Com Pedahl ; Magnificat (attribué à Buxtehude). Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Choral Jesu Meine Freude ; Choral Christ lag in Todesbanden ; Cantate Christ lag in Todesbanden BWV 4. Jan Willem Jansen, orgue. Monika Mauch et Regina Kabis, sopranos ; Philippe Barth, alto ; Christophe Einhorn, ténor ; Marcus Volpert, basse ; Stéphanie Pfister et Julia Fredersdorff, violons ; Caroline Gerber et Johanna Michalack, altos ; Michael Chanu, violone. Le Parlement de Musique, orgue régale et direction : Martin Gester.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.