Plus de détails

Les Remblais du temps. Yves Frontenac. Connaissance des Hommes Editeur, Nemours. 293 pages. ISBN : 978-2-951 7824-5-7. Avril 2007.

 

Connaissance des Hommes Editeur

Les remblais du temps, comme l’indique son sous-titre, ne sont que des chroniques de quarante ans, de 1962 à 2002 qui s’interrompent à deux reprises, entre 1984 et 88 et entre 1994 et 95, selon un choix éditorial de ne pas mêler les différentes états d’esprit de l’auteur. On dirait un journal alliant réalisme et « descriptivisme » poétique qui laisse percevoir, dès les premières pages, les qualités humaines et artistiques d’Yves Frontenac. Un homme mené par les sentiments, un grand seigneur qui ne juge pas et qui déteste parler pour ne rien dire ; son esprit d’analyse révélateur de sa lucidité, sa simplicité et sa sobriété.

Des constats de philosophie et de métaphysique, des anecdotes de sa vie, des réflexions sur l’amour, la femme, la vie et la mort, des chroniques d’histoire, des critiques littéraires et musicales, des souvenirs de rencontres importantes et de moments privilégiés de sa vie, des descriptions poétiques : tout ça et plus encore constitue la matière littéraire des « remblais » faisant émerger les traits caractéristiques de la personnalité de l’écrivain. En décembre 1977, Frontenac met noir sur blanc son but : « ne jamais lâcher la bride à la plume », toujours contrôler le style et le vocabulaire, être vigilant sur ses pensées et sentiments et égal à lui-même.

Cependant une lecture attentive de ses chroniques, fait émerger de manière subtile et discrète, certains états d’âme de Frontenac, tels que la désolation de l’écrivain qui n’a plus rien à inventer, le besoin de silence comme condition sine qua non pour entendre ses mouvements intérieurs, la difficulté et peut être l’impossibilité de faire comprendre aux autres la nécessité de sa solitude et l’exigence d’aller plus loin de la communication évidente, vers les silences du non-dit.

Les moments les plus marquants de sa vie sont soulignés avec des notes sur des dates et des lieux bien précis, en lettres capitales, et avec le retour à plusieurs reprises sur les personnes et les choses qui l’ont fasciné. C’est le cas de Mauriac, souvent cité, de Buzzati, de son voyage à Matera, de ses promenades à cheval mais également de ses écoutes de Beethoven, de Mozart et en particulier de son Don Juan dont il fait une critique intéressante. Très fin le syllogisme qui relie la définition d’érotisme avec la personnalité du célèbre tombeur de femme.

Des photos de l’auteur et de grandes personnalités (comme Clara Haskil, Henri Rolland et Zadkine, Dino Buzzati et Henri Petit pour en citer quelques uns) révèlent une vie culturelle particulièrement intense et offrent au lecteur un panorama de la vie artistique de son temps. L’amour pour les arts et pour tout ce que Frontenac a trouvé poétique dans son existence, caractérise ce livre qui cache subtilement le propre de l’écrivain : écrire des pages uniques, ce qui en fait bien une œuvre d’art.

(Visited 44 times, 1 visits today)

Plus de détails

Les Remblais du temps. Yves Frontenac. Connaissance des Hommes Editeur, Nemours. 293 pages. ISBN : 978-2-951 7824-5-7. Avril 2007.

 
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.