Danse , La Scène, Spectacles Danse

BLESSED de Meg Stuart : Mouillé

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille. 24-X-07. Dans le cadre du Festival d’Automne. Meg Stuart : BLESSED. Chorégraphie : Meg Stuart. Dramaturgie : Bart Van den Eynde. Installation : Doris Dziersk. Costumes : Jean-Paul Lespagnard. Lumière : Jaen Maertens. Créé avec et dansé par : Francisco Camacho et Kotomi Nishiwaki.

, danseur et chorégraphe portugais dont le travail baroque et extatique a des difficultés à être reconnu hors de ses frontières prête sa silhouette acérée à un solo émouvant de la chorégraphe américaine . Visage amusé, touché par la grâce (comme l’indique le titre), il se réfugie après un impeccable parcours chorégraphique qui emprunte au faune de Nijinsky sous un abri de carton. Une pluie tropicale tombe en effet des cintres sans discontinuer. Pendant de longues minutes, la pluie est le seul et unique personnage du spectacle. Sur une musique répétitive et pleine d’émotion de , le corps du danseur, assis, s’anime, prend des poses, mimant l’attente. A l’avant-scène, le palmier et le cygne en carton qui constituaient le décor commencent à s’affaisser, tandis que bombe à la peinture rouge des inscriptions rageuses vite délavées par la pluie. L’abri cède alors à son tour.

Enlaçant les décors de carton, le danseur ayant revêtu un accoutrement fantaisiste de baba multicolore entame une danse de la pluie hésitante. Avec les débris éventrés de l’abri, il construit des maisons de fortune sous une pluie qui redouble d’intensité.

Cet étonnant hommage aux hommes de carton, sans domicile fixe, dont les effets tiennent dans quelques sacs, est proche de l’installation plasticienne. Frappée par les conséquences de l’ouragan Katrina en août 2005 sur sa ville natale, La Nouvelle Orléans, renoue ici avec la veine de ses premières œuvres radicales, pour lesquelles elle s’était entourée de plasticiens renommés, comme Gary Hill. Défait, le corps mal protégé d’un imper transparent, l’interprète extraordinaire qu’est Francisco Camacho y est secoué de spasmes, de sanglots, alors que les dernières gouttes de pluie hoquètent. Animal égaré, il se débat dans les reliefs de carton. Sonné par cette lutte inégale, il offre un visage grimaçant, tandis qu’une girl en coiffe de plumes et bottes à plate-forme débarque pour un show en pleine lumière. Ce clin d’œil obscène au monde du divertissement, au « show must go on » malgré les catastrophes qui frappent les plus défavorisés, se poursuit à l’avant-scène par un travestissement frénétique en star du rock défoncé auquel le danseur prête son corps christique. Une vision apocalyptique du salut qui imprime durablement nos pupilles.

Crédit photographique : © Chris Van der Burght

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille. 24-X-07. Dans le cadre du Festival d’Automne. Meg Stuart : BLESSED. Chorégraphie : Meg Stuart. Dramaturgie : Bart Van den Eynde. Installation : Doris Dziersk. Costumes : Jean-Paul Lespagnard. Lumière : Jaen Maertens. Créé avec et dansé par : Francisco Camacho et Kotomi Nishiwaki.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.