Audio, Musique symphonique, Parutions

Ce printemps et cette Rhénane par Herreweghe enthousiasmeront notre hiver !

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°1 en Si bémol majeur op. 38 «Printemps» ; Symphonie n°3 en Mi bémol majeur op. 97 «Rhénane». Orchestre des Champs-Elysées, direction : Philippe Herreweghe. I CD Harmonia Mundi HMC 901972. Enregistré à Munich en décembre 2006. Durée 64’08. Code barre : 7 94881 83482 2. Notice en français, traduction en anglais et allemand.

 

Ce printemps et cette Rhénane enthousiasmeront notre hiver !Crée en 1991, l’Orchestre des Champs-Elysées, dirigé par fait une carrière prestigieuse et sa discographie est conséquente. Ces deux symphonies de prouvent combien une démarche artistique rigoureuse et des études musicologiques attentives peuvent apporter beaucoup à des œuvres que l’on croit connaître. Non ! Dans ces symphonies n’est pas confus, et son orchestration n’est pas lourde ! La puissante

sonnerie du réveil du Printemps est ici fine et vivifiante sans aucune lourdeur. Puis le larghetto plus contemplatif est particulièrement élégant. Le scherzo avance sans peser. Tandis que le finale Allegro animato e grazioso est vraiment gracieux et léger.

Lors de la création en 1841, Félix Mendelssohn, qui assurait la direction, a dû lui aussi dégager cette légèreté percevant l’hommage que Schumann rendait à ses scherzi si légers. Cette belle interprétation apporte un air frais bien venu dans une discographie de cette symphonie particulièrement riche. Mais cette interprétation ne renonce pas à l’ampleur et à la puissance requise.

La Rhénane, symphonie beaucoup plus sombre est également une belle réussite. Grâce aux instruments d’époque, les sonorités très différenciées des instruments, les attaques précises, les phrasés expressifs rendent lisible un œuvre qui à première vue est particulièrement tourmentée et peut paraître confuse. Ce parti pris interprétatif privilégie la lisibilité et rend les oppositions d’humeur, si représentatives de la dualité de Schumann, très prenantes. Merci à ces interprètes sensibles qui apportent tant à un compositeur si complexe. Ils donnent beaucoup de clarté à une musique romantique et tourmentée, mais dont les contrastes sont trop souvent escamotés au profit de l’unique noirceur.

(Visited 103 times, 1 visits today)

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°1 en Si bémol majeur op. 38 «Printemps» ; Symphonie n°3 en Mi bémol majeur op. 97 «Rhénane». Orchestre des Champs-Elysées, direction : Philippe Herreweghe. I CD Harmonia Mundi HMC 901972. Enregistré à Munich en décembre 2006. Durée 64’08. Code barre : 7 94881 83482 2. Notice en français, traduction en anglais et allemand.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.