À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Georg Böhm, il y a une vie à l’orgue avant Bach

Plus de détails

Georg Böhm (1661-1733) : œuvres pour orgue : préludes en ut majeur et en ré mineur, dix chorals. Pierre Thimus à l’orgue Georges Westenfelder de l’église Notre-Dame du Mont-Carmel de Visé (Belgique). 1 CD Azur classical. Référence : AZUR 065. Code barre 5425003920653. Enregistré en 2006. Livret en français. Durée totale : 70’13’’.

 

Depuis la re-découverte de la littérature organistique Allemande du XVIIe siècle, de nombreux noms sont devenus familiers à nos oreilles : Buxtehude, Bruhns, Lübeck, Tunder, et ce fameux , organiste à Lüneburg. Ce dernier, très important dans cette génération qui a précédé Bach, et que l’on nomme un peu péjorativement « les précurseurs », a marqué son temps par un style très personnel, étrangement inspiré par la France.

Son œuvre pour clavecin en particulier doit de nombreuses tournures à François Couperin, et même si son œuvre d’orgue est bien ancrée dans la tradition nord-allemande, elle opte par exemple pour l’ornementation à la française (manière de réaliser les trilles), et non à l’italienne, très prisée également, et adoptée par d’autres comme Buxtehude.

Par chance, le tout jeune Johann Sebastian Bach, alors recueilli par son frère aîné, et étudiant à l’école Saint-Michel, va rencontrer Bœhm, et bénéficiera auprès de lui d’une première influence marquante, même s’il ne fût jamais officiellement son élève. Bach adoptera dès lors ce fameux système français d’ornementation et de rythmes pointés.

L’œuvre d’orgue se compose de préludes et fugues, de chorals de diverses factures, et de partitas (variations sur des chorals). a choisi une sélection de pièces, représentatives de l’art de Böhm, laissant de côté les partitas, d’avantage destinées au clavecin. Beaucoup d’élégance dans son jeu, soutenu par un instrument très adapté, de style nordique, et réalisé par l’excellent facteur luxembourgeois Westenfelder en 1992.

Certes dans cette musique, on reconnaît des influences venues des quatre coins de l’Europe, mais le génie de Böhm est entier, son discours lui appartient pleinement, comme dans le choral orné Vater unser (Notre Père), son chef d’œuvre : sur un accompagnement haletant d’accords en batterie, le choral monte et chante inexorablement, avec une perfection digne de Bach lui-même. Les préludes et fugues sont festifs à souhait, et l’organiste les conduit de main de maître. Il est vrai que est un spécialiste de l’orgue ancien en Belgique, étant lui-même titulaire du grand orgue renaissance de Saint-Jacques de Liège.

Böhm en bon allemand, est un rassembleur des styles, militant des goûts réunis, sa musique d’orgue en est une expression flagrante, et dans une discographie assez pléthorique, Pierre Thimus tire une belle épingle de son jeu, et nous propose là une version de tout premier ordre, à la gloire de l’organiste de Lüneburg.

Plus de détails

Georg Böhm (1661-1733) : œuvres pour orgue : préludes en ut majeur et en ré mineur, dix chorals. Pierre Thimus à l’orgue Georges Westenfelder de l’église Notre-Dame du Mont-Carmel de Visé (Belgique). 1 CD Azur classical. Référence : AZUR 065. Code barre 5425003920653. Enregistré en 2006. Livret en français. Durée totale : 70’13’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.