Audio, Musique de chambre et récital, Parutions

Schumann, sonates pour violon : l’échappée belle

Plus de détails

Robert Schumann (1810- 1859) : Sonate n°1 en la mineur op. 105 ; Romances op. 94 ; Sonate n°2 en ré mineur op. 21. Stéphanie-Marie Degand, violon. Olivier Peyrebrune, piano. 1 CD Ligia Digital Lidi 0302184-08. Code barre 3487549901840. Enregistré en décembre 2006 au Domaine Musical de Pétignac à Jurignac. Livret français – anglais. Durée 62’39’’

 

Ce n’est qu’au soir de sa vie que a gratifié le violon d’un répertoire soliste aussi intense que succinct, qui n’a jamais suscité le même engouement que celui de Brahms, son cadet : un concerto (1853) oublié même des violonistes, une Fantaisie avec orchestre et quatre sonates dont une inachevée.

et son complice, , nous y rappellent avec les deux premières sonates (1851) et Trois romances (1849), initialement pour hautbois et piano qui conviennent parfaitement au timbre et au vocabulaire expressif du violon. D’autant plus engagés émotionnellement qu’ils jouent sur des instruments du XIXe siècle, les deux protagonistes offrent une visite fiévreuse et passionnelle de ces pages au dramatisme poignant et viscéral.

On se laisse bien volontiers conquérir par l’appétit du jeu et le tempérament insufflé dans les passages vifs et virils (premier mouvement des deux sonates). Ainsi que par une authentique jubilation sonore davantage que par le lyrisme déployé dans les romances qui manquent parfois de simplicité et de renouvellement. Les changements d’atmosphères en sursaut et l’exhibition de la détermination ne sont pas, quant à eux, les véritables garants d’une pensée romantique. Sous cet aspect, la sécheresse de certains accords (début de la Sonate n°2) et de certaines lignes mélodiques effilochées, dessinées sans une assez large perspective, (troisième mouvement de la Sonate n°2), gagneraient à être repensés.

Une interprétation de qualité qui ne prétend pas au statut de pierre fondatrice. Mais le duo fonctionne et la complicité musicale des interprètes leur permet un épanchement facile et, nous semble-t-il, total.

(Visited 261 times, 1 visits today)

Plus de détails

Robert Schumann (1810- 1859) : Sonate n°1 en la mineur op. 105 ; Romances op. 94 ; Sonate n°2 en ré mineur op. 21. Stéphanie-Marie Degand, violon. Olivier Peyrebrune, piano. 1 CD Ligia Digital Lidi 0302184-08. Code barre 3487549901840. Enregistré en décembre 2006 au Domaine Musical de Pétignac à Jurignac. Livret français – anglais. Durée 62’39’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.