Plus de détails

Une contrebasse, un humain, œuvres de Kaija Saariaho (né en 1952)  : Folia, Martin Matalon (né en 1958) : La Rosa Profonda, Una possible biografia et Buenos Aires, Pierre Jodlowski (né en 1971) : Vola, Pierre-Alain Jaffrenou (né en 1939) : les Tentations de l’anachorète, James Giraudon (né en 1948) et Jean-François Estager (né en 1949) : Unes, voix de basse, Étienne Rolin (né en 1952) : Space birds, Karim Haddad (né en 1962) : Ce qui dort dans l’ombre sacrée. Jean-Pierre Robert (contrebasse) et Patrick Fabre (trompette). 1 CD Ameson ASCP 0712, code barre : 3760087530124. Enregistré aux studios de la Muse en circuit de l’Ircam et de Sonus au CNSMD de Lyon. Notice bilingue en français et en anglais. Durée : 68’43’’.

 

Cet album nous propose un panorama d’œuvres récentes, voire très récentes, destinées à une contrebasse en général, à laquelle se joint un dispositif électroacoustique additionnel, et à un humain en particulier, le contrebassiste , qui est le dédicataire ou l’inspirateur de la plupart de ces plages.

Une certaine unité de style réunit tous les compositeurs présents à travers leurs œuvres. Très régulièrement ici, la contrebasse s’entend bien avec toute la palette de sonorités que ce magnifique instrument est capable de délivrer. Très régulièrement aussi, le dispositif électroacoustique se fait entendre, mais pas forcément pour notre plus grande sérénité. En effet, l’ensemble de ces pièces est parcouru de grincements divers, de frottements organisés et de raclements appliqués. Sans avoir quoi que ce soit contre la musique contemporaine – ici, véritablement contemporaine – force est de constater que certains albums sont plus faciles d’accès que d’autres, quelles que soient les qualités des musiciens. De plus ici, à chaque fois, le compositeur était aux manettes du système additionnel, ce qui exclut d’emblée toute mauvaise interprétation. Les œuvres entendues correspondent donc parfaitement à leurs désirs, c’est déjà ça.

Quant aux nôtres, c’est de pouvoir être au contact de la création musicale contemporaine sans avoir les oreilles constamment agressées. Cela doit être possible, non ? Les amateurs inconditionnels apprécieront sans aucun doute ; les auditeurs occasionnels auront certainement plus de mal. À vous de juger.

(Visited 71 times, 1 visits today)

Plus de détails

Une contrebasse, un humain, œuvres de Kaija Saariaho (né en 1952)  : Folia, Martin Matalon (né en 1958) : La Rosa Profonda, Una possible biografia et Buenos Aires, Pierre Jodlowski (né en 1971) : Vola, Pierre-Alain Jaffrenou (né en 1939) : les Tentations de l’anachorète, James Giraudon (né en 1948) et Jean-François Estager (né en 1949) : Unes, voix de basse, Étienne Rolin (né en 1952) : Space birds, Karim Haddad (né en 1962) : Ce qui dort dans l’ombre sacrée. Jean-Pierre Robert (contrebasse) et Patrick Fabre (trompette). 1 CD Ameson ASCP 0712, code barre : 3760087530124. Enregistré aux studios de la Muse en circuit de l’Ircam et de Sonus au CNSMD de Lyon. Notice bilingue en français et en anglais. Durée : 68’43’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.