Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

La découverte des Nouveaux mondes baroques

Plus de détails

Soissons. Abbaye Saint-Léger, Musée Musique. 16-VI-2008. Musique impérale du XVIIIe siècle de Lisbonne à Rio de Janeiro. Manœl Dias de Oliveira (vers 1715-1813) : Missa Abreviada. José Gomes Veloso (XVIIIe siècle) : Iste Sanctus. Miguel Teodoro Ferreira (vers 1788-1818) : Responsorio de SãoCaetano. Gradual e Ofertório do Espirito Santo. Pedro António Avondano (1714-1782) : 4 menuets et Ladainha à 4. . João Rodrigues Esteves (vers 1700-1751) : Magnificat. Joseph Haydn (1732-1809) : Concerto pour orgue n° 2 Hoboken XVIII : 8. Œuvres anonymes : Minuete em lá minor et Soror da Pietade. Luenda Siqueira, soprano. Sacha Hatala, alto. Branislav Rakic, ténor. Marcos Loureiro de Sá, basse. Hélène Houzel et Jean-Pierre Lacour, violons. Emmanuelle Guigues, viole de gambe. Les Solistes du Palais Royal, direction et orgue : Bruno Procopio

Les Solistes du Palais Royal

Le monde baroque n’est pas un et indivisible mais multiple et sans frontières. Il est une permanente invitation aux voyages et ce soir et Les Solistes du Palais Royal dont le répertoire remet en lumière les compositeurs brésiliens de la période coloniale, nous ont offerts la possibilité de (re)découvrir les couleurs invraisemblables et superbes d’une musique qui s’est enrichie de rencontres improbables et d’influences qui n’ont pas fini de nous surprendre,

Le concert qui nous a été offert en la belle Abbaye Saint-Léger de Soissons ce vendredi, a donc révélé une musique brillante et virtuose, rappelant tout à la fois la musique italienne du XVIIIe siècle, mais aussi, allez savoir pourquoi Mozart dans le Magnificat ou Beethoven dans un court instant du Menuet en Sol mineur de Pedro António Avondano. Cette musique du Brésil colonial, musique sacrée est née de compositeurs qui vinrent en Europe afin de trouver les motifs culturels qui manquaient dans leur monde si neuf.

Les interprètes de ce concert ont su nous la faire entendre brillante mais puissante, mélancolique mais solaire, sacrée mais voluptueuse. Les instrumentistes, Hélène Houzel et Jean-Pierre Lacour aux violons ont su en révéler cette virtuosité si italienne du XVIIIe siècle. Emmanuelle Guigues à la viole de gambe et Bruno Procopio à l’orgue nous en ont fait percevoir les liens avec l’Europe du nord, nous éclairant par un jeu en clair/obscur, la profondeur de ces âmes en quête de spiritualité. Eloquence du geste musicale et poésie des ornementations instrumentales accompagnaient quatre solistes dont les voix s’unissaient ou s’isolaient mettant en valeur leur qualité. La superbe alto a fait preuve d’une maîtrise saisissante dans les graves, rendant charnelles ces paroles sacrées. Tandis que la belle soprano nous apportait la suavité de son timbre, séduction de la parole divine. Le ténor Branislav Rakic de sa belle voix solaire et la basse sombre de Marcos Loureiro de Sá ont souligné par leur maîtrise du verbe sacré la dramaturgie de ce programme. Tous quatre en un équilibre subtil ont su trouver les parfums des mots, parfums fleuris ou boisés, qui devaient dans les églises brésiliennes accompagner l’expressivité du chant.

Ce programme permet à l’imaginaire de s’offrir un voyage dans ces mondes encore nouveaux, où des femmes et des hommes en quête de richesses terrestres, souhaitèrent par la musique s’évader des illusions, des mirages du Nouveau Monde. Un beau programme auquel les Solistes du Palais Royal donnent la luxuriance d’une forêt vibrante de vie par ses chants mélodieux, dissonants, sombres et si envoûtants.

Crédit photographique : Les Solistes du Palais Royal ©

Plus de détails

Soissons. Abbaye Saint-Léger, Musée Musique. 16-VI-2008. Musique impérale du XVIIIe siècle de Lisbonne à Rio de Janeiro. Manœl Dias de Oliveira (vers 1715-1813) : Missa Abreviada. José Gomes Veloso (XVIIIe siècle) : Iste Sanctus. Miguel Teodoro Ferreira (vers 1788-1818) : Responsorio de SãoCaetano. Gradual e Ofertório do Espirito Santo. Pedro António Avondano (1714-1782) : 4 menuets et Ladainha à 4. . João Rodrigues Esteves (vers 1700-1751) : Magnificat. Joseph Haydn (1732-1809) : Concerto pour orgue n° 2 Hoboken XVIII : 8. Œuvres anonymes : Minuete em lá minor et Soror da Pietade. Luenda Siqueira, soprano. Sacha Hatala, alto. Branislav Rakic, ténor. Marcos Loureiro de Sá, basse. Hélène Houzel et Jean-Pierre Lacour, violons. Emmanuelle Guigues, viole de gambe. Les Solistes du Palais Royal, direction et orgue : Bruno Procopio

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.