Concerts, La Scène, Musique symphonique

ONF-Masur : Intégrale Beethoven I – L’enfance d’un chef d’œuvre

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs Elysées. 26-VI-2008. Ludwig van Beethoven (1770- 1827) : Léonore I, ouverture en ut majeur op. 138 ; Concerto pour piano n°1 en ut majeur op. 15 ; Symphonie n°1 en ut majeur op. 21. Katia Skanavi, piano. Orchestre National de France, direction : Kurt Masur.

L’ clos la saison avec un cycle Beethoven au Théâtre des Champs Elysées, en huit temps. Six ans après l’intégrale des symphonies donnés dans ce même lieu, reprend l’idée, augmentée des concertos. Unifié par la tonalité de do majeur, le concert d’ouverture a proposé quelques premiers opus du compositeur avec, au piano, .

L’ouverture Léonore I (1806-07) est une découverte posthume, longtemps considérée comme une première ouverture abandonnée. Une interprétation juste a néanmoins peu soigné les détails et, la charge monumentale du cycle a semblé peser sur l’orchestre, révélant un jeu ordonné mais un peu mécanique.

Le Concerto pour piano n°1 (achevé en 1798) a accueilli la soliste , lauréate des concours Van Cliburn, Maria Callas et Long- Thibaut dès ses plus jeunes années. Favorisée par la rigueur et la réceptivité de l’accompagnement, sa vision de l’œuvre n’a pas exclu l’adaptation de sa technique. Avec une articulation mordante, parfois trop acérée dans les nuances, la pianiste s’est rapprochée du piano-forte. Une technique qui, dans les traits rapides a fait son effet mais dans les passages cantabile a limité le phrasé. D’un tempérament électrique et appliqué, la pianiste s’est distinguée dans les cadences par un sens de la construction et de la liberté métrique, et dans le dernier mouvement, par son ardeur.

Comme un exercice de style, avec la Symphonie n°1 (1800), Beethoven montre sa maîtrise des cadres classiques et se hisse au niveau de ses contemporains. L’orchestre et le chef semblent être ici dans leur élément : parfaite maîtrise des contrastes abrupts, subtilité de filiation perçue dans la deuxième partie (Haydn) par la clarté, la rigueur et la solennité qui en émanent et précision des dialogues mouvants dans le Menuetto. Dans le dernier mouvement, léger et spirituel, si la cohésion de l’orchestre est à son maximum, il vient à manquer des mélodies plus libres et plus chantées (premiers violons). Mais cette énergie, habilement dirigée, ainsi que le respect assidu des nuances font de lui une totale réussite.

Crédit photographique : photo © Katia Skanavi © Vladimir Klavijo

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs Elysées. 26-VI-2008. Ludwig van Beethoven (1770- 1827) : Léonore I, ouverture en ut majeur op. 138 ; Concerto pour piano n°1 en ut majeur op. 15 ; Symphonie n°1 en ut majeur op. 21. Katia Skanavi, piano. Orchestre National de France, direction : Kurt Masur.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.