Danse , Festivals, La Scène, Spectacles Danse

Minus One, compilation de Ohad Naharin

Plus de détails

Paris. Grand Palais, dans le cadre des Etés de la danse. 22/VII/08. Grands Ballets Canadiens : Minus One (2002). Chorégraphie : Ohad Naharin. Eclairages : Avi Yona Bueno. Costumes : Rakefet Levy. Musique : extraits de Mambo Fever, Cha Cha de Amor, Unknown Territory de Dick Dale, Hava Nagila, Ehad Mi Yodea, Somewhere Over the Rainbow, Fratres de Arvo Pärt, Etude n°3 pour Marimba de Paul Smadbeck et Greensleeves. Avec les danseurs des Grands Ballets Canadiens. Direction artistique : Gradimir Pankov.

Invités à Paris à l’occasion du 400ème anniversaire de la fondation de la ville de Québec, les présentent trois programmes issus de leur répertoire. Le premier est une compilation d’extraits de pièces du chorégraphe israélien , créée en 2002 spécialement pour la compagnie.

L’inconvénient de la compilation – ou du patchwork, si l’on préfère une métaphore textile – est qu’elle ne propose aucun point de vue narratif ni fil conducteur. Les pièces Black Milk, Passomezzo, Anaphasa, Sabotage Baby, Zachacha, Queens of Golub ou Mabul, dont sont extraits ces passages, ont en effet été créées de 1985 à 1998, chacune autour d’un concept et d’un synopsis différent. Son avantage, en revanche, est de nous permettre de disposer d’un vaste aperçu du talent protéiforme d’, aussi à l’aise dans l’unisson que dans les quatuors ou les duos.

Ce best of met aussi particulièrement en valeur les qualités d’interprétation des danseurs des Grands Ballets Canadiens, et leur grande diversité. Passé le choc, toujours aussi percutant et efficace, de la scène introductive, où le corps de ballet assis en demi-cercle se livre à un strip-tease musclé, on y admire la fluidité et la virilité de cinq hommes en sarouel, visage et torse maculés de boue ou l’incongruité d’un travesti sur des chaussures plateforme à échasses pour un Mambo Fever de cabaret. Mais aussi les guerrières en bustier dont les solos tendus à l’extrême se succèdent sur la musique d’.

Récurent tout au long du spectacle, le costume sombre et chapeau noir avec chemise blanche, qui rappelle le vêtement traditionnel des juifs orthodoxes, permet de noyer garçons et filles sous une même identité, tout en soulignant leur singularité dans de brefs portraits dansés, assortis d’un témoignage en voix off. Avant d’improviser sur scène un grand bal avec des partenaires choisis au hasard dans la salle, pour le plus grand plaisir du public !

Les Grands Ballets Canadiens, au Grand Palais jusqu’au 9 août (0 892 687 100)

Crédit photographique : photo © John Hall

Plus de détails

Paris. Grand Palais, dans le cadre des Etés de la danse. 22/VII/08. Grands Ballets Canadiens : Minus One (2002). Chorégraphie : Ohad Naharin. Eclairages : Avi Yona Bueno. Costumes : Rakefet Levy. Musique : extraits de Mambo Fever, Cha Cha de Amor, Unknown Territory de Dick Dale, Hava Nagila, Ehad Mi Yodea, Somewhere Over the Rainbow, Fratres de Arvo Pärt, Etude n°3 pour Marimba de Paul Smadbeck et Greensleeves. Avec les danseurs des Grands Ballets Canadiens. Direction artistique : Gradimir Pankov.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.