Plus de détails

Giovanni Quirici (1824-1896) : Suonata per l’offertorio ; Tre suonate per l’elevazione ; Tre suonate per la consumazione ; Polkettina marziale per dopo la messa ; Andante per l’elevazione ; Allegretto moderato per la consumazione ; Larghetto per le consumazione ; Valzettino in do ; Allegretto grazioso ; Allegretto per dopo la messa ; Finale per dopo la messa ; Ripieno di introduzione ; Allegretto per l’epistola ; Andantino per l’elevazione ; Polka marziale per dopo la messa. Massimo Gabba à l’orgue des frères Serrassi, opus 686 (1865) de l’église Sainte-Marie du Rosaire à Chivasso (Turin-Italie). 1 CD Tactus TC 821701. Code barre 8007194104219. Enregistré en avril 2007. Notice bilingue (italien, anglais). Durée totale : 70’16’’

 

, illustre inconnu, organiste à Turin, fait partie de cette génération de musiciens du Nord de l’Italie de la deuxième moitié du XIXe siècle. Inconnu peut-être, mais pas banal, voire enthousiasmant, voilà ce que d’entrée, l’écoute de ce CD peut nous faire dire. Imaginez les envolées les plus flamboyantes des grandes pages alla Rossini, revisitées ici à l’orgue. Mieux que cela, une véritable inspiration dans l’utilisation de ces grands instruments orchestraux que la famille Serrassi nous a légués, que ne se prive pas de mettre en démonstration . Les fidèles turinois devaient bien s’amuser à cette époque, l’opéra faisant ici partie intégrante de la liturgie. Le phénomène n’est pas nouveau : déjà à l’époque baroque, Grigny à Reims n’est-il pas si proche de l’opéra versaillais, ou plus tard Lefébure-Wély à la Madeleine des opérettes d’Offenbach ? René Saorgin au début des années 70 avait montré la voie sur le Serrassi de Tende, proche de Turin, avec un certain Padre Davide. Le choc fût alors de taille. La démarche est ici la même, et tout aussi accomplie, le plus difficile à réussir étant de savoir utiliser correctement ces instruments avec tous leurs timbres bien particuliers, et accessoires divers, jusqu’aux véritables percussions : un orgue conçu pour imiter l’orchestre symphonique dans toute sa splendeur. Des écrits bien précis nous apprennent heureusement à nous en servir. Bravo à qui les a lus et mis en pratique, le résultat est prodigieux : solos de cor anglais ou de flûte traversière, basses de violes, crescendos bien menés, piccolo doublé du fagotto, clochettes à l’imitation du triangle, et grosse caisse et cymbales à effet garanti. Que dire de la musique en elle-même ? les titres de pièces parlent d’eux même : on se promène entre les petites valses, allegrettos très légers et autres polkas, jouées pendant l’office bien sûr : tout n’est que facilité et musiquette, mais dans le genre, c’est génial, et dépoussière sacrément l’instrument sacré qui en a encore souvent bien besoin. On apprécie en tout cas au passage la beauté des sonorités, et l’utilisation parfaite qui en est faite, avec un je-ne-sais-quoi de «pince sans rire» savamment dosé, bref un CD à vous remonter le moral illico en cas de blues passager, le remède sera efficace !

(Visited 62 times, 1 visits today)

Plus de détails

Giovanni Quirici (1824-1896) : Suonata per l’offertorio ; Tre suonate per l’elevazione ; Tre suonate per la consumazione ; Polkettina marziale per dopo la messa ; Andante per l’elevazione ; Allegretto moderato per la consumazione ; Larghetto per le consumazione ; Valzettino in do ; Allegretto grazioso ; Allegretto per dopo la messa ; Finale per dopo la messa ; Ripieno di introduzione ; Allegretto per l’epistola ; Andantino per l’elevazione ; Polka marziale per dopo la messa. Massimo Gabba à l’orgue des frères Serrassi, opus 686 (1865) de l’église Sainte-Marie du Rosaire à Chivasso (Turin-Italie). 1 CD Tactus TC 821701. Code barre 8007194104219. Enregistré en avril 2007. Notice bilingue (italien, anglais). Durée totale : 70’16’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.