À emporter, DVD, DVD Musique, Musique symphonique

Barenboim peu convaincant dans les concertos de Beethoven

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770–1827) : intégrale des concertos pour piano et orchestre. Daniel Barenboim, piano ; Staatskapelle Berlin, direction : Daniel Barenboim. Réalisation : Michael Beyer. 2 DVD Euroarts 2056778. Code barre : 822186050842. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand, français). Format image : NTSC 16 : 9. Région : 0. Enregistré en direct au festival de piano de la Ruhr du 21 au 23 mai 2007. Durée : 114’(DVD1) et 84’(DVD2)

 

retrouve Beethoven et ses concertos qu’il a déjà enregistrés dans sa jeunesse sous la baguette d’Otto Klemperer. Une autre intégrale a vu le jour plus récemment avec la Philharmonie de Berlin. C’est donc sa troisième gravure de ces œuvres pour piano et orchestre.

Si l’orchestre est à la hauteur de ce que leur demande leur chef, en l’occurrence Barenboim, il n’en est pas de même pour les options interprétatives choisies par ce dernier. Ainsi, lorsqu’on sait que, dans le Concerto n°1, Beethoven a (trop pour certains) subi l’influence de Mozart et de Haydn, il va de soi que l’option de Barenboïm va à l’encontre de cela : dès l’introduction orchestrale du premier mouvement, dénuée de finesse et d’élégance (cf. le Rondo-Allegro scherzando de ce concerto, ici très martial ! ou le Rondo-Molto allegro du Concerto n°2), il impose une vision massive, imposante. Ses interventions pianistiques sont du même style, avec un son parfois un tantinet trop dur et sec dans les forte. En revanche, ses parties piano sont très délicates, et il montre qu’il a à sa disposition une grande palette de nuances. Même si on peut déceler un certain maniérisme avec des ralentis ampoulés dans les mouvements lents, maniérisme qui peut lasser à la longue. On s’ennuie d’ailleurs parfois. Mais on reste tout à fait admiratif, car Barenboim joue et dirige tout par cœur. D’ailleurs, il impressionne plus qu’il ne touche. Avec des accents trop appuyés, tant au piano qu’à l’orchestre, il offre vraiment une vision très caricaturale des partitions beethoveniennes qu’il connaît au demeurant parfaitement. En témoignent les mouvements de l’Empereur qui est peut-être l’œuvre la moins décevante de cette intégrale : les accents sont effectivement très (trop) marqués, mais l’ensemble est de bonne tenue, tient le spectateur en haleine, avec une bonne homogénéité sonore entre le piano et l’orchestre. Et ce, même si ce n’est pas la version de référence.

Ajoutons que la réalisation de Michael Beyer sert bien à la fois l’orchestre et le pianiste-chef. L’image offre un bon équilibre entre les deux, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas de la prise de son.

Au total, après Fidelio, la Missa Solemnis, les symphonies, trois intégrales des sonates pour piano et autre musique de chambre, Barenboim retrouve pour la troisième fois Beethoven dans ses concertos pour l’immortaliser en enregistrement. Sa version reste correcte, mais peu convaincante eu égard les versions enregistrées antérieures. On espère et attend donc une très bonne version en DVD de ces œuvres majeures du répertoire…

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770–1827) : intégrale des concertos pour piano et orchestre. Daniel Barenboim, piano ; Staatskapelle Berlin, direction : Daniel Barenboim. Réalisation : Michael Beyer. 2 DVD Euroarts 2056778. Code barre : 822186050842. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand, français). Format image : NTSC 16 : 9. Région : 0. Enregistré en direct au festival de piano de la Ruhr du 21 au 23 mai 2007. Durée : 114’(DVD1) et 84’(DVD2)

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.