À emporter, CD, Musique d'ensemble

Lisa Batiashvili, du peps !

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon en ré majeur op. 61. Sulkhan Tsintzade (1925-1991) : Miniatures. Lisa Batiashvili, violon. Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, direction : Lisa Batiashvili. Orchestre de Chambre géorgien. 1 CD Sony classical 88697334002. Enregistré en novembre 2007 et avril 2008. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Code barre : 8-86973-34002-8. Durée : 56’35’’.

 

Nombreux sont les enregistrements du concerto pour violon de Beethoven complétés par des pièces de moindre envergure, qui semblent être ajoutées à titre anecdotique. Au risque de heurter certains de nos confrères, privilégie à cette démarche une mise en regard des Miniatures de et de l’œuvre de Beethoven. Elle s’en explique dans la notice : Tsintsadze est de ces compositeurs qui ont bercé son enfance et font partie de son patrimoine personnel et elle part du postulat que leur audition préalable modifiera la perception du concerto. Pari totalement réussi.

Méconnu en Europe de l’Ouest, Tsintsadze est un compositeur géorgien du XXe siècle fortement influencé par la musique populaire et le folklore de son pays. Les œuvres présentes dans cet enregistrement ne sont en fait que six de la quinzaine de Miniatures qu’il a composées pour quatuor à cordes, arrangées pour violon et orchestre à cordes par le père de la violoniste (Tamas Batiashvili). Dès la première pièce, on est d’emblée saisi par la vigueur, la poésie et la fantaisie des musiques populaires slaves. D’aucuns reprocheront à ces œuvres une trop grande parenté avec lesdites musiques populaires. Qu’à cela ne tienne, ce sont de petits joyaux qui vous transportent et vous envoûtent sans prétention, et qui méritaient pleinement d’être découverts.

C’est avec les oreilles remplies de cette énergie et de cet entrain que l’auditeur aborde enfin le Concerto pour violon de Beethoven. Lisa Batiashlivi a fait le choix de diriger elle-même le Deutsche Kamerphilharmonie Bremen. Cela accentue encore l’extrême complicité qui règne entre l’orchestre et la soliste. Ils nous offrent ici un concerto plein de vitalité, dans lequel chaque ligne est chantée avec un soin remarquable. A travers cet enregistrement, on redécouvre une œuvre sous-tendue à la fois par une énergie intrinsèque et une musicalité permanente, dans la moindre petite phrase.

Du peps avant tout, voilà qui résume bien cet enregistrement à ne laisser passer sous aucun prétexte.

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon en ré majeur op. 61. Sulkhan Tsintzade (1925-1991) : Miniatures. Lisa Batiashvili, violon. Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, direction : Lisa Batiashvili. Orchestre de Chambre géorgien. 1 CD Sony classical 88697334002. Enregistré en novembre 2007 et avril 2008. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Code barre : 8-86973-34002-8. Durée : 56’35’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.