À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Shirley Brill, la clarinette au féminin

Plus de détails

Shirley Brill. Carl Maria von Weber (1786-1826) : Concerto pour clarinette et orchestre en fa mineur op. 73, n° 1 ; Quintet pour clarinette et cordes en Si bémol majeur op. 34. Heinrich Baermann (1784–1847) : Quintet pour clarinette et cordes en mi bémol majeur op. 23. 1 CD PanClassics PC 10 209. Enregistré «live» au Victoria Hall de Genève, le 12 octobre 2007 et à la Salle de Musique de La Chaux-de-Fonds en mai 2008. Shirley Brill, clarinette. Quatuor Terpsycordes, Orchestre de Chambre de Genève, direction Patrick Lange. Notice en anglais, français et allemand. Durée : 61’49’’

 

Chaque année, le Concours de Genève alterne le chant et le piano comme discipline fixe et chaque année un instrument différent vient agrémenter une deuxième discipline. Dans le but de redonner à ce concours le lustre qui a permis de voir figurer au palmarès de ses lauréats des personnalités aussi prestigieuses que José van Dam, Georg Solti ou Arturo Benedetti Michelangeli, les jurys s’avèrent d’une sévérité extrême au point que bien rarement, un soliste se voit décerné un premier prix. La barre semble placée si haut que le risque de voir les concurrents du futur bouder cette compétition par manque de motivation ne semble pour autant pas fléchir la détermination des responsables du concours.

Lors des deux dernières éditions, le jury n’a décerné aucun premier prix dans les disciplines en compétition, à savoir le piano, le chant, le quatuor et la clarinette. L’un des principaux sponsors du Concours de Genève, choisi parmi tous les concurrents un soliste méritant et le prime en lui offrant l’enregistrement et l’édition d’un disque. L’an dernier, la clarinettiste israélienne s’est vue attribué ce Prix Prestige Bréguet.

Il n’est de clarinettistes en carrière qui ne s’est frotté au Concerto pour clarinette et orchestre de . Au point, qu’à force d’avoir entendu l’œuvre de Weber, elle est devenue une «meule» comme d’autres musiques de Mozart, de Tchaïkovski et autres Beethoven se voient régulièrement reléguées dans les ascenseurs des centres commerciaux. Qu’attendre donc d’une nouvelle version du célèbre concerto ? Certain de l’ânonnement habituel de l’œuvre de Weber, on jette alors négligemment le cd dans le lecteur et l’on s’en retourne à ses occupations quotidiennes. Soudain, l’attention est irrésistiblement attirée par l’étonnante musicalité qui se dégage de cet enregistrement. Mais c’est que cette clarinettiste vous ferait dresser l’oreille ! Alors, on s’arrête un instant pour savourer la luminosité qui se dégage de son interprétation. C’est d’abord son éblouissante technique instrumentale qui frappe l’esprit. Une superbe sonorité habille une domination totale de l’instrument. Une sonorité que la clarinettiste reconnaît devoir aux enseignements de . Quelle ampleur dans les registres graves et médiums ! Des qualités instrumentales si bien dominées que la jeune clarinettiste peut donner libre cours aux nuances interprétatives. Particulièrement dans l’Adagio ma non troppo où éclate le romantisme qui transparaît dans les traits de son visage et de sa chevelure bouclée.

Sans jamais tomber dans la mièvrerie qu’on pourrait attribuer à la clarinette au féminin, offre un véritable régal musical tout au long de cet enregistrement. Plus particulièrement lorsqu’on s’attarde à l’intéressant Quintet pour clarinette et cordes en mi bémol majeur op. 23 du compositeur contemporain de Weber, . Compositeur lui-même virtuose de l’instrument, il s’est taillé une œuvre à la hauteur de ses capacités. Shirley Brill accompagné par un attentif s’en empare avec un magnifique engagement interprétatif. Ce même quatuor entraîne l’inspirée clarinettiste dans le Quintet pour clarinette et cordes en Si bémol majeur op. 34 de Weber où les deux derniers mouvements terminent en apothéose une excellente heure de musique pour clarinette.

(Visited 411 times, 1 visits today)

Plus de détails

Shirley Brill. Carl Maria von Weber (1786-1826) : Concerto pour clarinette et orchestre en fa mineur op. 73, n° 1 ; Quintet pour clarinette et cordes en Si bémol majeur op. 34. Heinrich Baermann (1784–1847) : Quintet pour clarinette et cordes en mi bémol majeur op. 23. 1 CD PanClassics PC 10 209. Enregistré «live» au Victoria Hall de Genève, le 12 octobre 2007 et à la Salle de Musique de La Chaux-de-Fonds en mai 2008. Shirley Brill, clarinette. Quatuor Terpsycordes, Orchestre de Chambre de Genève, direction Patrick Lange. Notice en anglais, français et allemand. Durée : 61’49’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.