Danse , La Scène, Spectacles Danse

Casse-Noisette par le Ballet du Grand Théâtre de Genève : de 7 à 77 ans

Plus de détails

[Dijon] Auditorium, 28-XII-2008. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Casse-Noisette. Chorégraphie : Benjamin Millepied. Scénographie et costumes : Paul Cox. Lumières : Rémi Nicolas. Maîtres de ballet : Susanna Campo et Jean-François Kessler. Danseurs : Ballet du Grand Théâtre de Genève. Musique enregistrée.

Il était une fois un soir de Noël, dans une contrée féerique où les maisons sont jaunes ; et devant une maison jaune, un sapin conique vert, entouré de cadeaux enfermés dans des boîtes colorées.

Les invités, des enfants sages, le grand-père et la grand-mère, tous ont revêtu leurs habits de fête, qui sont tous en harmonie de couleurs pour former une assemblée claire et joyeuse. Les souris aussi sont drôles, avec leur gros ventre gris et leur clef remontoir dans le dos, comme si elles étaient aussi des jouets. Et voici leur Roi en manteau rouge bordé d’hermine, mais il se fait trucider sans façons par les soldats de bois. Voici Casse-Noisette, qui se débarrasse de son costume de grenouille grâce à l’amour que lui porte Clara.

Comme les groupes qui défilent à l’acte II dans le Palais enchanté du royaume des Délices sous les yeux amusés de Clara et du Prince sont amusants ! Ce sont par exemple des Chinois qui jouent avec des baguettes géantes ou une Espagnole en robe vert anis avec son matador rose, ou encore des moujiks barbus qui dansent le trépak avec une baba si souple qu’elle semble en caoutchouc. Et là…, regardez, un être chauve à barbe noire vêtu d’une robe à crinoline verte ; là encore, des jardiniers bleus qui dansent la valse avec des fleurs, dont bizarrement le pot coiffe la tête. Que tout cela est un rêve délicieux de fantaisie, si bien mis en valeur par de subtils éclairages !

Il était une fois un si beau pays, où la musique, c’est le rêve, et les danseurs du Ballet de Genève en profitent sans vergogne. Ils évoluent avec grâce, avec fluidité comme si rien ne leur pesait. Dans ce pays enchanté, même les flocons deviennent des personnages, dont les jupes blanches en corolle imitent le tourbillon de la neige russe. La chorégraphie de ne renie pas la tradition, mais elle reste toujours inventive, et surtout pleine d’humour ; ainsi la Fée Dragée ne dédaigne pas d’évoquer le twist dans quelques mouvements suggestifs quand elle danse avec son beau prince. Les ensembles alternent avec des soli, comme le demande le scénario revu par Marius Petipa. De remarquables pas de deux sont interprétés d’une façon éblouissante dans l’acte I par un couple dont la cohésion est parfaite, et dont la danseuse est d’une grâce fascinante. Un pupitre de violoncelles émouvants soutient au second acte le poétique pas de deux entre le Prince et la Fée Dragée.

On referme la page de ce beau livre de contes avec le sentiment d’avoir retrouvé un peu de son enfance, celle des Noëls enchantés et sucrés, que l’on attendait avec impatience et dont on goûtait la féerie. nous fait comprendre ce qu’a entrevu la jeune Clara dans son rêve avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité : il existe dans la vie des instants d’amour vrais et légers qui sauvent de bien des vicissitudes. Comme le scribe en chapeau haut de forme qui écrit les titres du spectacle projetés sur l’écran, nous écrirons le mot fin, mais avec une lumière de plaisir dans les yeux.

Crédit photographique : © Ariane Ariotti

(Visited 380 times, 1 visits today)

Plus de détails

[Dijon] Auditorium, 28-XII-2008. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Casse-Noisette. Chorégraphie : Benjamin Millepied. Scénographie et costumes : Paul Cox. Lumières : Rémi Nicolas. Maîtres de ballet : Susanna Campo et Jean-François Kessler. Danseurs : Ballet du Grand Théâtre de Genève. Musique enregistrée.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.