La Scène, Spectacles divers

Au-delà de la Dé-mesure musicale

Plus de détails

Paris, Théâtre du Châtelet. 26-I-2009. Intolérance. Love’s Struggle Throughout the Ages Film de David Wark Griffith (1875-1948) Musique (1985) : Antoine Duhamel (né en 1925) et Pierre Jansen (né en 1930). Orchestre National d’Ile-de-France, direction : Jean Deroyer.

Intolérance

L’ambitieux concert auquel nous avons assisté avait déjà été présenté à la Mostra de Venise en 2007. Mais ce 26 janvier 2009, c’est au Théâtre du Châtelet, sous la direction de et avec l’Orchestre National d’Ile-de-France que nous avons pu voir ce film mythique et entendre la dernière version de la partition d’Antoine Duhamel et Pierre Jansen.

Intolérance a été réalisé en 1916 par David Wark Griffith, le cinéaste le plus ambitieux de l’industrie cinématographique hollywoodienne de l’époque. En faisant durer les scènes et en prévoyant des plans rapprochés sur les visages afin de donner l’expression d’une émotion en pleine action, le réalisateur, alors âgé de 41 ans, fut le précurseur du suspens au cinéma.

Le film se présente comme une fresque en quatre volets qui donne toute la démesure de l’intolérance des hommes envers eux-mêmes : la chute de Babylone, la passion de Jésus Christ, la nuit de la Saint Barthélemy, et enfin la répression des grèves ouvrières en 1914. La démesure des décors (le palais princier de Babylone, la salle des festivités reconstituée sur une surface de 1500 mètres de longueur) impressionne le spectateur … Avec des détails hallucinants et des murs d’une hauteur colossale, nous sommes plongés dans un tableau vivant de Bruegel. Ce sont 60 000 personnes : ouvriers, techniciens et acteurs qui ont participé à cette aventure gigantesque qui a coûté 1 750 000 $, le plus gros budget cinématographique de l’histoire du cinéma … Un film grandiose qui s’est pourtant avéré un gouffre financier. A sa sortie, Intolérance subit un échec cuisant et emporta son génial réalisateur dans une faillite aussi démesurée que ne le fut la réalisation de son film.

a l’habitude de diriger les musiques de film et cette partition n’est pas particulièrement difficile, mais elle peut vite devenir un concours d’endurance pour les musiciens (la musique est omniprésente et le film dure 3h35 avec un seul entracte). Néanmoins, l’Orchestre d’Ile de France a rempli honorablement son contrat. La partition d’Antoine Duhamel (Pierrot le Fou, Ridicule…) et de Pierre Jansen (partenaire des films de Claude Chabrol, compositeur du Boucher, de La Dentellière…) est tout aussi impressionnante puisqu’elle colle si bien à la pellicule. Le cinéma ne peut exister sans… la musique et la partition grandiose et brillante des deux compositeurs le démontrent parfaitement.

Anecdote : Pour ceux qui n’ont pas encore vu ce chef-d’œuvre, il faut savoir qu’il a été la trame d’un autre scénario, celui des frères Taviani en 1987, connu sous le titre Good morning Babylonia. Le film raconte l’aventure de deux sculpteurs italiens qui émigrent aux Etats-Unis afin de réaliser les fameux éléphants de plus de dix mètres de hauteur du décor des scènes de festivité d’Intolérance.

avec la contribution de Damien Deshayes

Plus de détails

Paris, Théâtre du Châtelet. 26-I-2009. Intolérance. Love’s Struggle Throughout the Ages Film de David Wark Griffith (1875-1948) Musique (1985) : Antoine Duhamel (né en 1925) et Pierre Jansen (né en 1930). Orchestre National d’Ile-de-France, direction : Jean Deroyer.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.