Mot-clef : Orchestre national d’Île-de-France

CD_Fuchs

Julie Fuchs, piquante mademoiselle

En pleine tournée promotionnelle, Julie Fuchs s'oriente avec aisance vers le bel canto avec ce nouveau disque Mademoiselle. Surprenante Julie Fuchs ! Qu'elle accompagne la plus grande star française du rock’n roll vers sa dernière demeure ou qu'elle foule les planches des plus grandes scènes lyriques actuelles, chantant l’opérette ou le bel canto avec la même conviction, évoluant dans l’univers du baroque, de la comédie musicale ou de la musique contemporaine, côtoyant ...
3-julie_fuchs_credits_sarah_bouasse

Mademoiselle Julie Fuchs à la Cité de la musique

Julie Fuchs et l’Orchestre national d’Île-de-France entament à la Cité de musique la promotion du disque « Mademoiselle », témoignage d’un bel canto cosmopolite réunissant des compositeurs italiens, français et espagnols. Un programme fait de raretés entrecoupées de tubes, qui mettent en évidence les qualités indéniables de la soprano et du chef Enrique Mazzola pour une soirée qui restera pourtant un peu en demi-teinte. Commençons d’abord par le choix de la ...

Lucie Leguay cheffe assistante de trois orchestres

Primée le vendredi 23 novembre 2018 lors de la compétition Tremplin pour jeunes cheffes d’orchestre, Lucie Leguay (1990, France) vient d’être à nouveau sélectionnée par un jury pour devenir cheffe assistante de trois orchestres français lors de la saison 2019/2020. Outre l’Orchestre de Picardie, elle se formera auprès de l’Orchestre national d’Île-de-France et de l’Orchestre National de Lille.  Le jury était composé de : Case Scaglione, le nouveau directeur musical de l’Orchestre ...
gabel

Nuits d’été un jour d’hiver à la Philharmonie

L’Orchestre national d’Île-de-France, dirigé par Fabien Gabel, montre son savoir-faire dans des œuvres issues de deux périodes clés de la musique française, le romantisme d’Hector Berlioz – avec notamment ses très célèbres Nuits d’été – et le goût de la première moitié du XXe siècle pour une antiquité revisitée, ici par Maurice Ravel et Albert Roussel. Avec ses premières mesures extrêmement rapides puis un thème lent qui paraît surgir trop ...
onif_beethoven

Tiberghien, Mazzola et l’ONDIF très convaincants dans Beethoven

Les meilleurs orchestres de la planète, et tous les autres, se sont confrontés au miracle de l’invention du maître de Bonn. Qu’en est-il pour l’ONDIF ? L’Orchestre national d’Île-de-France apporte sa pierre à l’immense édifice beethovénien, avec une lecture probe, bien tenue, précise, sans recherche gratuite d'originalité. Il est bien éloigné le temps où l’ONDIF subissait de sévères critiques pour ses insuffisances. L’excellent chef Enrique Mazzola canalise avec brio l’ensemble des pupitres, ...

Nomination d’un nouveau directeur musical à l’Orchestre National d’Ile-de-France

Suite au départ annoncé d'Enrique Mazzola, l'Orchestre National d'Ile-de-France annonce la nomination du chef américain Case Scaglione comme futur directeur musical et chef principal de la formation. Il prendra ses fonctions en septembre 2019. Case Scaglione est depuis septembre 2018 directeur musical en Allemagne au Württembergisches Kammerorchester Heilbronn.
enrique-mazzola-ondif-2017

Le Requiem de Verdi superbement dramatique d’Enrique Mazzola

Dans plusieurs salles de la région, dont la Philharmonie de Paris, l’Orchestre national d’Île-de-France et son directeur musical Enrique Mazzola présentent un programme rassemblant deux ouvrages écrits à la pensée d’un être disparu. D'abord Mémoriale, courte pièce pour petit ensemble de Pierre Boulez, puis le magistral Requiem de Verdi, porté en grâce par le Chœur de l’Orchestre de Paris. Enrique Mazzola entre sur la scène de la Philharmonie accompagné de la ...
3A5C3134-768x512

Périple pour l’île indigo avec l’Orchestre national d’Île-de-France

Créé à Toulouse il y a quelques mois, le conte musical participatif L’Île indigo transforme le jeune public de la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris en plusieurs pupitres qui complètent ceux de l’Orchestre national d’Île-de-France, afin de vivre une aventure collective tout en musique. Ce n’est pas par hasard que les petits franciliens franchissent ce matin les portes de la Philharmonie : à peu d’exceptions près, tous ont ...
ONDIF_Debussy et Rome

Avec l’Orchestre national d’Île-de-France, Ave Bizet, Ave Debussy

Les week-ends thématiques sont l’occasion pour la Philharmonie de commémorer en ce mois de janvier les cent ans de la disparition de Claude Debussy. L’Orchestre national d’Île-de-France nous invite ainsi à découvrir Bizet et Debussy inspirés par l’Italie. Leur séjour à la Villa Médicis a été effectivement l’occasion d’offrir de singulières pages musicales marquantes pour l’Histoire de la musique, défendues aujourd’hui par une phalange haute en couleurs et en précisions. Même ...
83a4d7d119f53cd5afd33fb12b81202f

L’élection de Jacques Chirac en 1995, c’est aussi…

… la relance de la construction de la grande salle de la Cité de la musique à Paris Inaugurée le 12 janvier 1995 par François Mitterrand, la Cité de la musique est habituellement présentée comme faisant partie des « Grands travaux » lancés en 1981 par le président de la République. Mais la Cité de la musique telle que nous la connaissons en 2017, dépasse largement l’idée d’un seul homme, et si cela ...
raphael-pichon

Le 50e anniversaire du Festival de La Chaise-Dieu : un tournant ?

Un bon cinquantenaire qui bouge malgré son âge : c’est la Festival de La Chaise-Dieu version 2016. Moins de musique sacrée, moins de grandes vedettes mais toujours une qualité qui ne se dément pas au fil du temps. 50 ans ! Oui, cela fait 50 ans que la musique règne sur La Chaise-Dieu. Comme souvent, c’est un coup de cœur qui a tout déclenché. En 1965, Suzanne Mazoyer, une ponote (habitante du Puy ...
Ouvertures d'opéra

Ouvertures belcantistes avec Enrique Mazzola et l’ONDIF

Musique « populaire » avec un bouquet d’ouvertures italiennes endiablées. Mais attention, le mélomane plus averti n’en fera pas moins quelques belles découvertes. La photo de couverture et le sous-titre un peu ringard de l’album – « Bel canto amore mio » – semblent vouloir donner le ton. Rien de prétentieux sur cet agréable CD, qui semblerait destiné avant tout à être écouté sur la terrasse à l’heure de l’apéro, ou ...
cedric_tiberghien-jbm-0926jean-baptiste_millot_askonas_

Un choc des titans réussi avec l’ONDIF

C'est un Orchestre National d'Île-de-France visiblement heureux de jouer qui a pris possession de la Philharmonie de Paris sous la baguette de Enrique Mazzola pour confronter deux "titans" de la musique romantique. Le programme s'ouvre avec Cédric Tiberghien au piano interprétant le Concerto pour piano n° 2 de Ludwig van Beethoven. Cette collaboration entre le pianiste, l'ONDIF et Enrique Mazzola n'est pas une première, puisqu'elle s'inscrit dans le cadre d'un cycle intégral des concertos pour piano ...
Xavier_PHILLIPS_01

French Touch par Xavier Phillips et le National d’Île-de-France

L'Orchestre national d’Île de France (ONDIF) nous a présenté au sein d'un concert baptisé « french touch », non pas la musique de Air et de Laurent Garnier, mais bien celle de Debussy, Ravel et Dutilleux, dans un programme réjouissant, aux couleurs de quatre des plus grands chefs d’œuvre de la musique française du XXe siècle. En préambule au concert, quelques instrumentistes de l'orchestre ont pris place sur la scène : deux violons, ...
arubikis

Festival de Besançon 2014 : les deux derniers concerts

Derniers jours du festival de Besançon avec l'Orchestre national d’Île de France dirigé par Ainars Rubikis puis en clôture, l'Orchestre symphonique de Bâle avec à la baguette Dennis Russell Davies, et  la pianiste Élisabeth Leonskaja . Le burlesque servait-il de fil conducteur musical dans cette avant-dernière soirée du Festival bisontin ? On pouvait trouver en effet dans les trois morceaux interprétés un lien tendant par moments vers un expressif verbiage intentionnel soutenu et dense ...
crbst_photo_20studio22

Simone Weil et Stéphanie d’Oustrac, Immortelles

Quatre femmes immortelles étaient convoquées salle Pleyel dont une seule, la philosophe engagée Simone Weil disparue en 1943, est notre contemporaine. Pour les évoquer, deux femmes d’aujourd’hui, la compositrice Florentine Mulsant et la mezzo Stéphanie d’Oustrac. De la reine à l’artiste, de l’amoureuse à la compositrice, le programme donnait à entendre et à voir ce que la femme apporte à l’humanité quand sa force et sa créativité ont enfin un ...
wayne_marshall1211_vign

Orchestre national d’Île de France, Wayne Marshall

Un cabaret sans paillettes ! La Salle Pleyel, temple de la musique classique s’est transformée, pendant quelques heures, en lieu de divertissement : un cabaret d’antan qui malgré la gaieté de la musique ne laissait pas de place à l’imagerie musicale à cause de l’éclairage intense sur l’orchestre et sur la salle entière. La verve, l’énergie, l’ironie et même la classe de Mary Carewe ne suffirent pas à recréer l’ambiance des ...
wanderer_Marco Borggreve

L’ONDIF un orchestre sans domicile fixe

Ils sont des concerts auxquels on assiste soit par hasard, soit parce qu’on est fan d’un soliste et qui par enchantement deviennent un véritable évènement.  Il faut dire que la programmation est mobilisatrice. Le « triple de Beethoven » par le Trio Wanderer avec l’Orchestre national d’Île de France. Ce fameux trio fait plus de 180 représentations par an, 90 % des destinations à travers la planète, pour une fois qu’ils sont ...
Joseph Calleja, Ludovic Tézier ©  DR

Ludovic Tézier et Joseph Calleja, comme un avant-goût de Paradis…

On annonçait Ludovic Tézier souffrant avant le lever de rideau. Mis à part sa visible appréhension lors de ses entrées sur scène, il n’en est rien paru. Mieux, le baryton entame la soirée à froid sur un « Eri tu » de la Forza del destino miraculeux de phrasé, de couleurs, de mordant, qui met d’emblée le public à ses genoux. Le ton est donné, Joseph Calleja n’a plus qu’à paraître et à ...
psycheUne_garnier0911

Deux visions de l’antique à Garnier

La première production de la saison danse de l’Opéra national de Paris confronte deux mythes antiques : Phèdre et Psyché. Le premier a été revisité par Serge Lifar en 1950, sur une musique de Georges Auric et un livret de Jean Cocteau, qui avait également signé décors et costumes. Sans être réellement abandonné, il n’avait pas été remonté depuis la fin des années 1970. C’est pourquoi Claude Bessy, qui faisait ...
Octobre d’Eisenstein, Douzième de Chostakovitch, le choc

Octobre d’Eisenstein, Douzième de Chostakovitch, le choc

Cycle Lénine, Staline et la musique «Si mes œuvres ne m’avaient pas plu, je ne les aurais pas écrites, de toute manière, les parents considéreront toujours leur enfant comme le plus merveilleux du monde». * Ainsi Chostakovitch défendait son corpus symphonique qui ne faisait jamais l’unanimité. Le régime soviétique chérissait les œuvres à programme officiel et au langage accessible – les Symphonies n°7 «Leningrad», n°11 «1905» et n°12 «1917», tandis que ...
Namasté

La Bayadère par le Ballet de Novossibirsk : Namasté

Cette production de La Bayadère par le Ballet de Novossibirsk a obtenu le Golden Mask en 2008. Si elle n'a pas la splendeur et la munificence de la version de l'Opéra national de Paris, elle est néanmoins de très bonne tenue. On n'écrira jamais assez le charme des toiles peintes, qui ont pourtant disparu de nombreuses productions occidentales. Si le décor du premier acte, planté dans une jungle luxuriante, fait davantage ...
L’esprit de Broadway

Soirée Balanchine par le Ballet de Novossibirsk : L’esprit de Broadway

Pour cette soirée Balanchine, des pièces entrées récemment au répertoire du Ballet de Novossibirsk, sous l'impulsion de son directeur, Igor Zelensky, qui fut principal du New York City Ballet dans les années 90. La soirée consacrée à George Balanchine, chorégraphe qui n'a pu être programmé en Russie qu'après la perestroïka, débute par Serenade. Parfait écho aux Sylphides (Chopiniana) montré la veille, ce ballet sans narration déroule sa construction parfaite autour de ...
Pluie d’étoiles

Pluie d’étoiles au gala du Ballet de Novossibirsk

Le Ballet de Novossibirsk ne s'était pas produit en France depuis 1967. Pour la première soirée de ce nouveau séjour parisien, il rend un hommage exceptionnel aux grands chorégraphes russes ou ayant travaillé en Russie. Cette soirée de gala démarre avec Chopiniana, un ballet de Michel Fokine en hommage à la Sylphide que Filippo Taglioni créa pour sa fille Marie en 1832. C'est l'école russe dans toute sa splendeur ! Visages graves ...
Si Peer Gynt m’était conté

Si Peer Gynt m’était conté… par Yoel Levi

À partir de sa pièce en cinq actes Peer Gynt, Henrik Ibsen sollicite en 1874 Edvard Grieg pour écrire une musique de scène (vingt-trois numéros) pour solistes vocaux, chœur, orgue et orchestre, qui alterne avec les scènes parlées. Grieg devient célèbre avec cette œuvre du jour au lendemain et en tire deux suites pour orchestre (1888 et 1891) qui sont le plus souvent enregistrées ou jouées au concert. Pour cette production ...
La Gaîté lyrique à Pleyel

La Gaîté lyrique à Pleyel par Jean-Christophe Keck

Période de fin d’année oblige, le répertoire léger envahit les scènes parisiennes. L’Orchestre National d’Île-de-France proposait donc un programme Offenbach qui a tourné en région parisienne et passait en ce samedi Salle Pleyel. À la baguette, Jean-Christophe Keck, musicologue et directeur de publication des œuvres complètes de Jacques Offenbach aux Editions Boosey & Hawkes, qui délaisse volontiers les salles de vente, bibliothèques et fonds d’archives pour diriger les œuvres de ...
Saint-Saëns, à réécouter sans tarder

Saint-Saëns, à réécouter sans tarder

Lorsque les règles héritées se figent en système, la création risque de s’atrophier et de perdre tout intérêt. Saint-Saëns, à l’instar de tout un pan de la musique française du XIXe siècle, a frayé avec cet écueil. Mais des traits géniaux ont également magnifié certaines de ses partitions devenues immortelles. On pense en premier lieu, dans le champ de la musique orchestrale, à la Symphonie n° 3 avec orgue en ...
Le Chevalier à la rose : le film !

Le Chevalier à la rose : le film !

Le Chevalier à la Rose selon Robert Wien Quinze ans après la création du Chevalier à la Rose à l’Opéra Royal de Dresde, le cinéaste Robert Wiene (1873-1938) décide de mettre en chantier une version filmée de l’opéra de Richard Strauss, qui jouissait alors d’une popularité immense. Loin de se contenter d’une captation filmée, le réalisateur autrichien a signé un film muet expressionniste d’une beauté stupéfiante. La mise en scène est ...
Duel au sommet

Cycle Xenakis / Stravinsky, duel au sommet

Au-delà d’une thématique intéressante, force est de constater que les divers programmes proposés au cours du cycle Stravinsky/ Xenakis de la Cité de la Musique sont alléchants autant qu’audacieux. Ainsi de ce concert, qui regroupait un nombre important d’œuvres des deux compositeurs, et pas des moindres. Si la Suite n°2 de Stravinsky ne peut pas être considéré comme un chef d’œuvre, elle constitue en revanche une mise en bouche des plus ...
Le Concierto d’Alagna

Le Dernier Jour d’un Condamné des frères Alagna, moment exceptionnel

On a beaucoup gaussé les frères Alagna, leurs spectacles, les enregistrements du plus célèbre d’entre eux, le ténor Roberto Alagna. Allusions douteuses sur leurs origines et slogans les plus misérables ont alimenté les gazettes. Pour faire taire les ragots, ils ont trouvé en eux-mêmes une arme fatale : la qualité. Celle du ténor français n’est plus à prouver même si ses aventures milanaises ont défrayé la chronique. Il n’est actuellement aucun ...