À emporter, Audio, Musique symphonique

Mariss Jansons et Haydn, le style classique poussé à la perfection

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°104 en ré majeur « Londres » ; Symphonie concertante pour hautbois, basson, violon, violoncelle en si bémol majeur Hob I : 105  ; Symphonie n°100 en sol majeur « Militaire ». Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, direction : Mariss Jansons. 1 CD Sony Classical 88697412332. Code barre : 886974123323. Enregistré à Munich le 28 septembre 2007 (n°104), le 30 octobre 2003 (n°103, Hob I : 105). Notice trilingue (anglais, français, allemand). Durée : 72’

 

Les Clefs ResMusica

Les trois symphonies de gravées sur ce CD proviennent de deux concerts donnés à Munich en 2003 pour la Concertante et la Militaire, et en 2007 pour la Londres. A quatre années d’écart, le style de y est d’une remarquable constance, on notera tout juste une plus grande facilité apparente en 2007, après quatre années de collaboration entre le chef et l’orchestre dont il prit les rênes justement en 2003.

En septembre 2007 nous avions eu la chance d’entendre une formidable Symphonie n°104 lors du concert parisien de Jansons et son orchestre bavarois. Nous regrettions alors de ne pouvoir disposer d’un enregistrement de cette emballante interprétation, et bien c’est maintenant chose faite grâce à ce live enregistré à Munich la veille même du concert parisien. Parfois l’écoute de l’enregistrement vient contredire les sensations immédiate du direct, mais pas ici où nous avons retrouvé tout ce qui nous avait alors enchantés. Jansons réussit admirablement à équilibrer tous ses pupitres, à les faire entendre distinctement ou au contraire à les fusionner quand il le souhaite, les faisant tour à tour chanter, se répondre, se compléter, ou se joindre dans une harmonie et une clarté jamais démenties. Jouée avec un orchestre symphonique classique, c’est à dire moderne, cette symphonie avance et respire avec une élégance de style et une justesse de phrasée frisant la perfection comme on en entend rarement de nos jours, qui va si bien à cette géniale musique. Aucune pesanteur ou lourdeur ne se ressent à l’écoute sans pour autant ressembler aux versions «allégées», aujourd’hui courantes pouvant basculer rapidement dans le simplement distrayant et décoratif. Il y a bien plus que ça ici, car Jansons ne sacrifie aucune expression, aucun phrasé, aucune émotion, jouant à plein de son remarquable orchestre avec tous les moyens dont Haydn a peut-être rêvé lorsqu’il écrivait cette symphonie. Tous les pupitres seraient d’ailleurs à féliciter, y compris ces remarquables timbales en peau idéales pour cette musique jouée avec un tempo franchement vif et bondissant, ne basculant jamais dans la précipitation, respectant admirablement les proportions entre les mouvements. Au final, nous avons là une Londres artistiquement et musicalement de très haute qualité, rejoignant sans peine les toutes meilleures de la discographie.

Quatre ans avant, les mêmes interprètes enregistraient, au cours d’un même concert, une autre londonienne, la Symphonie n°100 «Militaire» et la plus rare Symphonie concertante. On y retrouve les qualités du chef et de l’orchestre, avec cette même intelligence de phrasé et d’équilibre. Toutefois la Militaire sera expressivement un poil derrière la Londres en partie justement à cause des passages militaires des deux mouvements pairs que Jansons joue avec application, mais sans réellement choisir entre une interprétation fondamentalement premier degré ou plus distanciée, voire même teintée d’humour. L’interprétation du chef est plus proche du premier degré qu’il semble exécuter un peu à regret. Malgré tout cette symphonie trouve ici une belle réalisation. L’originalité vient de la Symphonie concertante, en trois mouvements comme un concerto classique. Peut être effet des micros, l’équilibre sonore entre les quatre solistes est ici remarquable, tout comme leur qualité individuelle. On peut toujours imaginer que, sur leur lancée de 2007, Jansons et ses troupes puissent faire aujourd’hui encore mieux en fluidité, en vivacité, en évidence des phrasés, mais cette édition, parfaitement en place, très agréable à écouter, sans défaut apparent, permet déjà disposer d’une version de premier choix d’une œuvre qui n’encombre pas les catalogues de nos vendeurs préférés.

(Visited 178 times, 1 visits today)

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°104 en ré majeur « Londres » ; Symphonie concertante pour hautbois, basson, violon, violoncelle en si bémol majeur Hob I : 105  ; Symphonie n°100 en sol majeur « Militaire ». Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, direction : Mariss Jansons. 1 CD Sony Classical 88697412332. Code barre : 886974123323. Enregistré à Munich le 28 septembre 2007 (n°104), le 30 octobre 2003 (n°103, Hob I : 105). Notice trilingue (anglais, français, allemand). Durée : 72’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.