À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Piano duo pour Olivier Messiaen

Plus de détails

Claude Debussy (1862-1918) : En blanc et noir ; Michel Merlet (né en 1939) : Musiques pour deux pianos ; Olivier Messiaen (1908-1992) : Visions de l’Amen. Rikako Murata, Pascal Devoyon, pianos. 1 CD Regulus RGCD 1024. 4529612002401 Enregistré du 12 au 14 mars 2008 au Yamaha Piano Test Studio. Notice trilingue (japonais, anglais, français). Durée : 74’

 

Dans ce programme à deux pianos célébrant le centenaire de la naissance d’, et – unis dans la vie comme dans leur art – associent aux Visions de l’Amen En blanc et noir de et une œuvre de l’un des élèves de Messiaen, .

Chef-d’œuvre de la maturité de Debussy (1915), En blanc et noir sonne avec beaucoup d’éclat et de générosité sous les doigts des deux interprètes qui l’abordent dans une lumière déjà presque néoclassique. Si les fortissimi n’évitent pas une certaine agressivité, le deuxième mouvement, «lent, sombre» très habité, fait sourdre le mystère à la faveur de plans sonores très raffinés.

C’est avec Musiques pour deux pianos que décrocha un premier prix de composition dans la classe de Tony Aubin. Magnifiquement servi par les deux interprètes, le premier mouvement impressionne par sa rigueur de pensée et la fermeté de l’écriture à défaut d’une réelle séduction. Précédant un Scherzo aux trajectoires virtuoses qui termine l’œuvre en feu d’artifice, l’Andante aux harmonies subtiles séduit davantage par ses textures fluides et l’aura poétique dont la nimbe le jeu des deux pianos.

Les visions de l’Amen (1943) sont écrits par Messiaen en 1943 et créées le 10 mai de la même année par Yvonne Loriot et le compositeur. Précédant d’un an les Vingt regards sur l’enfant Jésus, la partition constitue une autre somme pianistique développant les thèmes de prédilection du compositeur ; Messiaen chante la lumière divine et l’exaltation religieuse à travers une écriture jubilatoire dont les harmonies/timbre et les développements rythmiques expriment sa foi glorieuse. Spectaculaire sans aucun doute, l’interprétation de et n’est hélas pas transportante. Les pianos piaffent mais ne propulsent pas les résonances ni ne servent la couleur du piano de Messiaen. Mais c’est dans la conception du rythme – inhérente à la pensée structurante de Messiaen – et la gestion du temps que l’interprétation s’égare le plus et passe à côté de l’univers du compositeur.

Plus de détails

Claude Debussy (1862-1918) : En blanc et noir ; Michel Merlet (né en 1939) : Musiques pour deux pianos ; Olivier Messiaen (1908-1992) : Visions de l’Amen. Rikako Murata, Pascal Devoyon, pianos. 1 CD Regulus RGCD 1024. 4529612002401 Enregistré du 12 au 14 mars 2008 au Yamaha Piano Test Studio. Notice trilingue (japonais, anglais, français). Durée : 74’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.