FBS-ResMusica-mégaBannière

Mediterranea, mer et terre pour une même soif… celle d’aimer

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Mediterranea, chansons de troubadours, laudes à la vierge, berceuses séfarades et airs traditionnels… Alla Francesca en trio : Brigitte Lesne, chant, harpe médiévale, harpe gothique, percussions ; Pierre Hamon, flûtes à bec, flûte traversière bansuri, double flûte et tambour, cornemuse ; Carlo Rizzo, tammorra, tamburello, tambourins, chant. 1 CD. Zig Zag Territoires ZZT090402. Code barre : 3 760009 292000 ; Enregistré à l’Eglise du Bon Secours à Paris 11 ° du 18 au 20 juin 2007 et au Prieuré de Froville (54) du 23 au 25 juin 2008. Notice en français et anglais. Durée : 63’14’’

 

Une pochette aux jolies couleurs de sable et d’horizons lointains, semble nous ouvrir les portes du désert. Elle est évocatrice des méharées, d’hommes et de femmes voilés pour se protéger de la morsure du soleil et du sable, des longues veillées musicales à la belle étoile durant de paisibles voyages se déroulant aux pas lents des dromadaires.

Le livret trop court, et comme depuis quelque temps en caractères trop petits chez Zig Zag Territoires, ne nous livre que bien peu les intentions qui ont réunies sur ce CD des chansons de troubadours, des laudes à la vierge et estampies, des berceuses séfarades et des airs traditionnels. C’est donc à l’écoute de ce CD, que progressivement on devine un monde où la luxuriance vient d’un patrimoine musical, évocateur d’un temps et de lieux à la fois si loin et si proche, que les voyageurs d’aujourd’hui recherchent désespérément en s’enivrant d’un trop plein de voyages comme autant de trophées. Car c’est seulement dans le temps qui s’écoule au rythme du pas du dromadaire et de la marche, du son des cloches et des prières de toutes les religions qui bordent la Méditerranée, du son simple et doux des flûtes des pasteurs (merveilleux phrasés, souffle d’air chaud, doux ou violent des flûtes de ), et des percussions des bords d’un Nil au cœur de l’Afrique que peut être, chacun d’entre nous pourrait combler cette soif insatiable qui nous étouffe dans nos sociétés modernes.

Ces choix étranges, se révèlent révélateur de nos racines, démontrant que la paix serait la meilleure carte à jouer. Tout nous rapproche, de la mère à l’enfant, de la Vierge dans Or piangiamo, che piange Maria, à Moïse dans ce chant séfarade, Un pregòn pregonò el rey, qui sont por. Ainsi les mots, dans des étymologies communes à l’empire romain et bien au-delà à toute une culture orale venant du fond des âges, peuvent devenir par l’intermédiaire d’une interprétation à la simplissime clarté des choix instrumentaux et vocaux une mémoire que nous partageons.

Comme dans ce chant traditionnel napolitain Bella figliola ca te chiamme Rosa, où la rose mystique, semble au son du tambourin et de la voix âpre de Carlo Rizzo, se laisser envoûter par le rythme saccadé d’une danse évocatrice de lointain plateau dont le soleil grille l’herbe rare. Tandis que la Vierge redevient une femme orientale, fascinante dans sa douleur dans Madonna santa Maria, laudes anonyme du XIIIe siècle, dont la musique et le chant, évoque les pleurs d’une mère antique, que seule peut apaiser la source angélique et cristalline des notes de la harpe. La voix de , possède des aigus pures qui deviennent des lames, de véritables poignards, plus que des simples larmes. Et dans le chant d’errance séfarade Camini por altas torres, alors que les mots évoquent la pluie, le son du tambour et sa voix qui se déchire nous laisse assoiffée par la chaleur écrasante d’un rythme interminable…

Ainsi des douces berceuses séfarades, aux ensorcelantes tarentelles, renaissent des sensations fascinantes, évocatrices de contrées au cœur desquelles nous partageons la soif d’aimer. On peut regretter outre ce livret un peu cours une prise de son certes claire, mais trop proche des interprètes et des instruments, ne permettant pas toujours à la belle voix de Brigitte Lenne de prendre de la rondeur.

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.