Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate en sol majeur n° 1 op. 78 ; Sonate en la majeur n° 2 op. 100 ; Sonate en ré mineur n° 3 op. 108. Patrice Fontanarosa, violon ; Emile Naoumoff, piano. 1 CD Saphir productions LVC 1100. Code barre : 3 760028 691006. Enregistrement réalisé les du 18 au 21 juin 2008 au Temple Saint-Marcel à Paris. Notice bilangue (anglais, français) de Stéphane Friedérich. Durée : 64’57’’.

 

À l’occasion de ses 50 ans de scène, a enregistré les trois sonates de avec Emile Naoumoff. La sortie de ce disque a été précédée d’un concert en avant-première à la salle Gaveau en novembre dernier.

Lorsque deux maîtres chevronnés et reconnus s’associent dans le grand répertoire, un sursaut de curiosité précède toujours la première écoute. Maintes versions des sonates de Brahms existent déjà, mais celle-ci les côtoie avec honneur, dans une intimité et une complicité proche du lied.

Dès les premières mesures du Vivace de la Sonate n° 1, le ton est donné. La ligne mélodique chaude et intense de se déploie au-dessus des accords du piano, avant que les deux instrumentistes ne tissent et ne nouent de subtils contrepoints. Sombre et lumineux, douloureux et ardent, le violon s’adapte au jaillissement continu des atmosphères, s’infléchit parfois vers le ton de la confidence ; le pianiste le suit toujours. Une véritable communion réunit Fontanarosa et Naoumoff : du murmure à l’ardeur, tout y est complicité. D’une sonate à l’autre, ils s’adaptent à la versatilité des climats, au chatoiement des nuances. L’articulation du piano et du violon se fait en finesse. Le piano soutient et complète avec poésie la délicate couleur du violon.

Brahms, lui-même pianiste et violoniste, connaissait bien cette combinaison instrumentale. Fontanarosa et Naoumoff lui rendent hommage : ils excellent à rendre l’émotion, à la fois intense et ténue, voulue par le compositeur, depuis le Vivace initial jusqu’au Presto agitato final de la Sonate n° 3. La pudeur et la délicatesse des interprètes, presque réservés, permettent d’articuler chaque respiration, chaque ligne, et de respecter chaque accent. A plusieurs reprises, cette expression passionnée et discrète rappelle l’amour silencieux que Brahms porta toute sa vie à Clara, la veuve de Robert Schumann…

(Visited 106 times, 1 visits today)

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate en sol majeur n° 1 op. 78 ; Sonate en la majeur n° 2 op. 100 ; Sonate en ré mineur n° 3 op. 108. Patrice Fontanarosa, violon ; Emile Naoumoff, piano. 1 CD Saphir productions LVC 1100. Code barre : 3 760028 691006. Enregistrement réalisé les du 18 au 21 juin 2008 au Temple Saint-Marcel à Paris. Notice bilangue (anglais, français) de Stéphane Friedérich. Durée : 64’57’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.