Mot-clef : Émile Naoumoff

Ravel Naoumoff Melism

L’orchestre enchanteur de Ravel sous les doigts d’Émile Naoumoff

En concert comme dans chacun de ses disques, Émile Naoumoff pense d’abord en orchestrateur. Peu d'interprètes font jaillir avec une telle générosité la musique de Ravel. Voilà du plaisir à l’état pur.  ...
gerard poulet

Hommage de chambre à Claude Debussy au Théâtre des Champs-Elysées

Cent ans après la création de la Sonate pour violon et piano de Claude Debussy par l’auteur lui-même au piano et Gaston Poulet au violon, le Théâtre des Champs-Élysées rend ...
Le gai madrigal

Le gai madrigal

Il Canto d’Arione Le jeune ensemble toulousain Il Canto d’Arione a choisi de se consacrer à l’art difficile du madrigal italien des XVIe et XVIIe siècle, sur une période allant de ...
Deux grands maîtres pour Brahms

Deux grands maîtres pour Brahms

À l’occasion de ses 50 ans de scène, Patrice Fontanarosa a enregistré les trois sonates de Johannes Brahms avec Emile Naoumoff. La sortie de ce disque a été précédée d’un ...
Emile Naoumoff

Le pianiste Emile Naoumoff, dernier élève de « Mademoiselle »

Après la sortie d’un album consacré aux Nocturnes de Fauré et diverses célébrations autour de Nadia Boulanger (dont un livre sorti chez Symétrie), rencontre avec celui qui fut le dernier ...
Emile Naoumoff et Gabriel Fauré

Emile Naoumoff et Gabriel Fauré

Les treize Nocturnes de Gabriel Fauré jalonnent un parcours esthétique et confirment, s’il en était réellement besoin, l’art d’un maître encore trop incomplètement connu et reconnu. A l’écoute de ce ...
Beethoven, Sonates pour cello et piano, Inoubliable voyage

Sonates de Beethoven par Williencourt et Naoumoff, inoubliable voyage

Il serait tentant et passionnant de réaliser une discographie critique exhaustive des sonates pour piano et violoncelle de Beethoven. Vaste entreprise que nous oublierons pour signaler le plaisir ressenti à ...
Au milieu de nulle part, une oasis de musique

XIIe rencontres musicales de la Prée, une oasis de musique

« Ce plat pays qui est le mien », Jacques Brel aurait pu être berrichon qu’il n’aurait pas changé un mot à cette chanson. Après plusieurs kilomètres entres les champs de blé ...