Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Radu Lupu, explorateur de l’intime

Plus de détails

Paris, Théâtre du Châtelet. 18-V-2009. Ludwig van Beethoven (1770- 1827) : Sonate n°9 en mi majeur op. 14 n°1 ; Sonate n°10 en sol majeur op. 14 n°2 ; Sonate n°8 en ut mineur op. 13 « Pathétique » ; Claude Debussy (1862- 1910) : Danseuses de Delphes, Voiles, Le vent dans la plaine, « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir », Les collines d’Anacapri, Des pas sur la neige, Ce qu’à vu le vent d’ouest, La fille aux cheveux de lin, la sérénade interrompue, la cathédrale engloutie, la danse de Puck, Minstrel (Préludes, livre I). Radu Lupu, piano.

Dans cette ère de surabondance, la rareté et l’exigence de font figure d’un mets raffiné que l’on n’accorderait qu’en d’uniques occasions. Son récital parisien, attendu avec cette impatience fébrile qui est la marque des grands événements de la saison, n’a pas failli à sa réputation.

Sa concentration impénétrable qu’on méprend pour de l’austérité ouvre littéralement à une autre dimension. Beethoven vu par Lupu c’est accéder à l’intime du compositeur, à l’essentiel. Il décline en une palette subtile ce qui passerait facilement inaperçu : la pondérance (Sonate n°9), l’esprit, qui emprunte aux dialogues lyriques une espièglerie ingénue sans céder à la légèreté (Sonate n°10). Enfin, une sobriété poignante pour exprimer les sentiments les plus extrêmes (Sonate n°8 «Pathétique») : quel déchirement dans ce premier accord qui semble jaillir d’un monologue intérieur. L’étirement (sans excès) des tempi souligne les couleurs inouïes de cette catharsis introvertie. Le jeu est dense, dépouillé : peu de pédale compensée par un legato dans la corde et une articulation incisive qui rendent le feu intérieur presque palpable.

En deuxième partie, Debussy est un terrain d’expérimentations où le soliste ne s’en tient pas aux effets. Il ne décrit pas mais, encore une fois, il incarne. Il charge les atmosphères, il conte et distille le mystère tout en dissipant la brume. Il fait réellement entendre les cloches dans La cathédrale engloutie, rire dans Minstrels… et donne saveur au rythme. Il creuse dans l’œuvre de celui qu’il semble considérer moins un esthète qu’un poète. Un exercice mémorable.

Crédit photographique : © John Garfield

(Visited 70 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Théâtre du Châtelet. 18-V-2009. Ludwig van Beethoven (1770- 1827) : Sonate n°9 en mi majeur op. 14 n°1 ; Sonate n°10 en sol majeur op. 14 n°2 ; Sonate n°8 en ut mineur op. 13 « Pathétique » ; Claude Debussy (1862- 1910) : Danseuses de Delphes, Voiles, Le vent dans la plaine, « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir », Les collines d’Anacapri, Des pas sur la neige, Ce qu’à vu le vent d’ouest, La fille aux cheveux de lin, la sérénade interrompue, la cathédrale engloutie, la danse de Puck, Minstrel (Préludes, livre I). Radu Lupu, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.