Plus de détails

De l’école franco-belge du violon. Eugène Ysaÿe (1858-1931) : Sonate pour violon n°3 en ré mineur op. 27 ; Andante pour violon et piano op. posthume. César Franck (1822-1890) : Sonate pour violon et piano en la majeur FWV 8. Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et rondo capriccioso op. 28. Eugène Ysaÿe – Camille Saint-Saëns : Caprice pour violon et piano d’après l’étude en forme de valse. Svetlin Roussev, violon ; Elena Rozanova, piano. 1 CD Intégral classic INT 221. 166. Code-barre : 3576072211660. Enregistré au théâtre Saint-Bonnet à Bourges, du 15 au 17 décembre 2007. Notice trilingue (français, anglais, japonais). Durée : 62’45’’.

 

Promouvoir de jeunes artistes par le biais du mécénat culturel : l’intention est louable, surtout en ces temps où les banques ont d’autres préoccupations que la culture. Choisir la «franco-belgitude» comme fil rouge d’un programme musical ne relève pas de l’exceptionnel, mais… Pourquoi pas ? Cependant, lorsqu’on lit, dans le texte de présentation, que «est un parfait exemple de l’assimilation culturelle franco-belge…» Le doute s’installe. Remugles d’autres discours ambiants et contemporains.

Le programme de ce CD est très inégal, tout comme l’interprétation des œuvres qui y sont proposées, ainsi que la prise de son. Et quand l’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre, la Sonate pour piano et violon de , (devenue sous la plume de Proust la Sonate de Vinteuil), voisine avec l’improbable Caprice d’ – lui-même adapté de la non moins improbable Etude en forme de valse de – le doute prend ses marques.

Le violoniste n’est d’ailleurs pas récompensé pour son interprétation de ce clafoutis franco-belge : doubles et triples cordes aussi gracieuses qu’un aboiement de rottweiler, harmoniques tout juste justes, degoulinandi hasardeux de doubles-croches… Tout y passe, cependant qu’au piano, tente d’exister en arrière-plan.

La Sonate en la majeur de César Franck – dédiée à … Fil rouge quand tu nous tiens ! – est la meilleure séquence de ce CD : cette page complexe, et novatrice en son temps, requiert une maîtrise des instruments qui dépasse la seule technique : l’intériorité tissée d’expressivité des deux interprètes surprend ! Point d’excès, point de débordements… Leur approche, un peu fébrile, n’est certes pas définitive, mais elle a le mérite d’illuminer ce CD.

Plus de détails

De l’école franco-belge du violon. Eugène Ysaÿe (1858-1931) : Sonate pour violon n°3 en ré mineur op. 27 ; Andante pour violon et piano op. posthume. César Franck (1822-1890) : Sonate pour violon et piano en la majeur FWV 8. Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et rondo capriccioso op. 28. Eugène Ysaÿe – Camille Saint-Saëns : Caprice pour violon et piano d’après l’étude en forme de valse. Svetlin Roussev, violon ; Elena Rozanova, piano. 1 CD Intégral classic INT 221. 166. Code-barre : 3576072211660. Enregistré au théâtre Saint-Bonnet à Bourges, du 15 au 17 décembre 2007. Notice trilingue (français, anglais, japonais). Durée : 62’45’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.