À emporter, CD, Musique symphonique

Prokofiev, le naïf qui voulait en faire trop ?

Plus de détails

Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Cantate pour le vingtième anniversaire de la Révolution d’Octobre, Op. 74 ; Ala et Lolly, suite Scythe, Op. 20. Chœur d’Etat Yurlov, Orchestre Philharmonique de Moscou, direction : Kirill Kondrachine. 1 CD Melodya. Référence : MEL CD 10 00981. Code-barre : 4600317009817. Notice bilingue (anglais et russe). Enregistré en 1967 et 1974 à Moscou. Durée : 51’01’’.

 

A partir de l’été 1935, s’installe définitivement en URSS. Entraîné par la frénésie des convertis de fraîche date, le compositeur se lance dans une œuvre destinée à célébrer les vingt ans de la Révolution d’octobre. L’artiste voit les choses en très grand, en colossal, avec une immense fresque chorale nécessitant près de cinq cents exécutants : deux chœurs mixtes, orchestre symphonique, orphéon, orchestre d’instruments à vents, ensemble de percussions, orchestre d’accordéons. Et pour le texte, Prokofiev recourt aux proses des Pères fondateurs de la pensée communiste : Marx, Engels, Lénine et même Staline… Dans un excès de zèle et d’enthousiasme, le compositeur s’exclame»la langue de Lénine est tellement expressive, vive et convaincante que je n’ai pas voulu transcrire ses pensées en vers, préférant m’en tenir au texte original et employer les phrases mêmes du Chef».

Mais hélas pour l’auteur, cette partition fut «mise au placard» et sa première audition se déroula en mai 1966, soit près de treize ans après la mort de Prokofiev. Curieux retour de l’Histoire, l’œuvre fut créée sans les textes de Staline, alors tombé en disgrâce. Considérée dans de nombreuses biographies comme une partition mineure et de propagande, la Cantate pour le vingtième anniversaire de la Révolution mérite une attention particulière. Certes l’exaltation des textes la condamne définitivement, mais les moyens orchestraux, l’aspect «motorique» et constructiviste de la partition, ainsi que l’utilisation de sirènes et d’un mégaphone pour déclamer les textes, confèrent à cet opus un écho de modernité. L’interprétation pionnière de Kirill Kondrashin apporte à ce disque une aura artistique et historique.

En complément, le chef retrouve la Philharmonie de Moscou, dans la fameuse Suite Scythe de 1915. Cette pièce, dite par les impresarios comme étant la «plus chère au monde», exige un effectif instrumental gigantesque : bois par trois, huit cors, cinq trompettes, etc…) et déploie, sur près de vingt minutes, une énergie lapidaire et tellurique renvoyant naturellement au Sacre du printemps. Kondrachine sait exploiter toute la force de cette partition pour en livrer une interprétation de référence.

Plus de détails

Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Cantate pour le vingtième anniversaire de la Révolution d’Octobre, Op. 74 ; Ala et Lolly, suite Scythe, Op. 20. Chœur d’Etat Yurlov, Orchestre Philharmonique de Moscou, direction : Kirill Kondrachine. 1 CD Melodya. Référence : MEL CD 10 00981. Code-barre : 4600317009817. Notice bilingue (anglais et russe). Enregistré en 1967 et 1974 à Moscou. Durée : 51’01’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.