Mot-clef : Kirill Kondrachine

rachmaninov ashkenazy

Un Rachmaninov impavide et distancié par Vladimir Ashkenazy

Avec les deux partitions symphoniques ultimes de la période américaine du compositeur, Vladimir Ashkenazy conclut sa seconde intégrale au disque des symphonies de Rachmaninov. Dans les années 1970, Vladimir Ashkenazy tâtait de la direction d’orchestre dans le cadre de son intégrale toujours d’actualité des concerti pour piano de Mozart, où il dirigeait déjà le Philharmonia orchestra depuis le clavier. Decca misait alors sur le devenir d’un Ashkenazy chef d’orchestre et ...
Richter

La suite de la monumentale édition des concerts de Sviatoslav Richter

À côté des gravures "officielles" et bien documentées de Richter très connues des discophiles, il existe quantité de bandes de concert captées dans les années cinquante et soixante dans feu l'U.R.S.S., de qualité variable mais qui enrichissent notre connaissance de l'art de ce géant du piano. L'édition Profil nous les restitue dans un certain désordre. Décidément en effet, Profil n’en finit pas d’explorer les archives des concerts, essentiellement russes, de Sviatoslav Richter ...

Décès du violoniste Herman Krebbers

Le violoniste Herman Krebbers est décédé le 2 mai à l’âge de 95 ans. Né à Hengelo aux Pays-Bas, Krebbers étudie à Amsterdam dans la classe d’Oskar Back. Enfant prodige, il se produit en tournée en Europe et en Amérique à partir de neuf ans. En 1943, il fait ses débuts avec l’Orchestre royal du Concertgebouw, et devient le violon solo de cette formation en 1962 (poste qu'il occupe jusqu’en ...
Boreiko Chosta 8

Bel apport d’Andreï Boreïko à la Huitième de Chostakovitch

Après avoir enregistré les Symphonies n° 1, 4, 5, 6, 9 et 15 de Chostakovitch, Andreï Boreïko poursuit son intégrale du corpus avec le Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR et livre une version au son dense et compacte de la complexe Huitième, tout particulièrement dans le premier et dernier mouvements. De plus en plus abordée, même si elle reste moins célèbre que les Cinquième, Septième et Dixième, la Huitième Symphonie de ...
Tobias Niederschlag (c) Matthias Creutziger

Tobias Niederschlag, créateur du Festival de Gohrisch

Programmateur artistique pour la Staatskapelle Dresden, Tobias Niederschlag est aussi le créateur du Festival Chostakovitch de Gohrisch, près de Dresde. De passage à Paris, il a accepté une interview avec ResMusica au Centre de l’Association Chostakovitch de Paris. « La base du festival est la Staatskapelle. » ResMusica : Afin de mieux vous connaître, pouvez-vous nous parler de votre expérience ? Tobias Niederschlag : J’ai étudié à Munich la musicologie et le théâtre. Pendant mes ...
Cover_Kondrashin_I_350089_ml

Babi Yar, témoignage extraordinaire par Kondrachine

Qu'est-ce qu'un vrai Russe? A cette question particulièrement actuelle, à l'heure de la montée du sentiment national en Russie comme à travers toute l'Europe, Dimitri Chostakovitch en 1962 répondait en reprenant dans sa Symphonie n°13 « Babi Yar » les mots du poète Evgueni Evtouchenko : « Il n'y a pas de sang juif dans mes veines, mais sur moi pèse la hideuse haine de tous les antisémites comme si j'étais ...
melodyia khachaturian

Khatchatourian, le coffret anniversaire

Avec les décalages éditoriaux et les grosses transformations dans le domaine de la distribution discographique, c’est seulement maintenant que nous recevons ce coffret russe en hommage au compositeur arménien Aram Khatchatourian dont on célébra, en 2013, les 110 ans de la naissance. De Khatchatourian, le public et les programmateurs retiennent les extraits des ballets Spartacus et Gayaneh et de temps à autre le Concerto pour violon. Le reste de l’œuvre du compositeur ...
melodya slava

Oïstrakh et Rostropovitch sur un nuage

Né dans ce qui était encore un empire au cours de la même décennie que Heifetz et Milstein, Oïstrakh est le seul d’entre eux à ne pas avoir quitté l’Union Soviétique (ce qu’on fait les deux autres dans les années 1920). S’il est souvent affublé du surnom de « Roi David », il est en réalité le véritable « Tsar » du violon russe de son temps. Et puisqu’il dérive étymologiquement du latin Caesar ...
dgg chostakovitch salonen

Chostakovitch, Orango pas amer

En 2004, la nouvelle avait fait du bruit dans le landerneau musical des fans de musique russe et soviétique : le prologue d’un opéra de Chostakovitch avait été retrouvé à Moscou sous la forme d’une version chant/piano par la musicologue Olga Digonskaïa. La partition était le fruit d’une commande du légendaire Bolchoï pour célébrer les 15 ans de la Révolution d’octobre, en 1932. L’histoire raconte les aventures d’Orango, mi-homme, mi-singe, fruit des ...
boristchaikovski_viktorpikaizen

Concerto pour violon de Boris Tchaïkovski

Après une Symphonie n°2 de référence dirigée par Kirill Kondrashin avec l’Orchestre Philharmonique de Moscou, le label Hänssler poursuit l’exploration des œuvres clés de Boris Tchaïkovski avec les mêmes interprètes, cette fois à partir de bandes officielles de Melodya. Pièce de résistance de ce disque, le Concerto pour violon et orchestre était considéré par le compositeur comme son œuvre préférée, en ce qu’elle se différenciait radicalement des autres, et en ce ...
melodya_liszt

Liszt le rouge

Melodya explore ses archives pour offrir deux disques dédiés à Liszt. Plus que les œuvres, limitées à des tubes, le choix éditorial mérite une attention car il propose, certes des noms connus : Vladimir Ashkenazy, Lazar Berman, Gennady Rozdestvensky ou Kirill Kondrashin, mais il présente surtout des artistes passablement oubliés comme Vladimir Ovchinnikov, Marc Ermler ou Pavel Serebryakov. Ainsi, Pavel Serebryakov (1909-1971), pilier de la vie musicale de l’URSS et recteur du ...
Gennady Rozhdestvensky1_2012

Gennady Rozhdestvensky, le dernier des géants

Peu de chefs d’orchestres vivants peuvent se targuer d’être des légendes et surtout de représenter un pan entier de l’Histoire de la musique. À l’occasion de plusieurs sorties discographiques, ResMusica se penche sur le chef russe Gennady Rozhdestvensky. Gennady Rozhdestvensky voit le jour en 1931, il est le fils du chef d’orchestre et pédagogue Nikolai Anosov et de la soprano Nathalia Rozhdestvenskaya. De manière à éviter les accusations de népotisme, le ...
mahler

Mahler : une épopée discographique, des pionniers à la reconnaissance

La fin des célébrations autour de Gustav Mahler est une bonne occasion d’évoquer la discographie ses symphonies. Au fil des ans et des évolutions des goûts du public, le nombre de disque Mahler n’a jamais cessé de croître et il atteint désormais des sommets assez vertigineux ! Tant est si bien que l’on peine à croire la timidité des enregistrements dans les années 1950-1960. En dépit de la crise du ...
Byron Janis à prix doux

Byron Janis à prix doux

Quelle excellente initiative de la part de Brilliant Classics de reprendre sous licence Decca-Universal les enregistrements légendaires Mercury d’œuvres concertantes par le pianiste Byron Janis, d’autant que depuis la disparition de Wilma Cozart Fine, l’ingénieur du son de génie du célèbre label américain, il semble bien qu’Universal Music ne soit plus enclin non seulement à continuer la prospection de son riche catalogue, mais même d’en maintenir les publications déjà existantes ...
Van Cliburn à Moscou

Van Cliburn à Moscou

Paru à l’occasion du soixante-quinzième anniversaire de Van Cliburn en 2009, ce coffret publié par Melodiya contient des enregistrements de concert réalisés lors des tournées que le pianiste américain effectua à Moscou entre 1958 et 1972. En pleine guerre froide, il fut en effet vainqueur, à même pas vingt-quatre ans, de la première édition du Concours Tchaïkovski en 1958 (Guilels, Richter, Heinrich Neuhaus, Lev Oborine étaient dans le jury, excusez ...
Tchaïkovski, oui mais Boris !

Tchaïkovski, oui mais Boris !

L’enregistrement que nous propose ici le label Hänssler dans sa collection Profil est l’exacte création de la Symphonie n°2 de Boris Tchaïkovski, captée à Moscou le 17 octobre 1967. Après avoir dormi dans les archives privées du compositeur, il connaît maintenant une publication officielle, autorisée par la veuve du compositeur, qui en a fourni l’enregistrement d’origine, et par Nina Kondrashina, épouse du chef d’orchestre Kirill Kondrashin. Le CD est complété ...
Kondrashin dirige Beethoven et Mozart

Kondrashin dirige Beethoven et Mozart

Ce disque au programme très classique ne présente, a priori, pas de caractéristiques extraordinaires. Il revêt pourtant un intérêt primordial : il propose une version de l’unique symphonie de Beethoven enregistrée en studio par Kirill Kondrachine. Bien connu pour son engagement auprès des compositeurs de son temps et envers la musique russe, Brahms et Mahler, le chef russe qui a pourtant accompagné de très nombreux prestigieux solistes dans les concertos, n’a laissé ...
Le naïf qui voulait en faire trop ?

Prokofiev, le naïf qui voulait en faire trop ?

A partir de l’été 1935, Sergueï Prokofiev s’installe définitivement en URSS. Entraîné par la frénésie des convertis de fraîche date, le compositeur se lance dans une œuvre destinée à célébrer les vingt ans de la Révolution d’octobre. L’artiste voit les choses en très grand, en colossal, avec une immense fresque chorale nécessitant près de cinq cents exécutants : deux chœurs mixtes, orchestre symphonique, orphéon, orchestre d’instruments à vents, ensemble de percussions, ...
Kondrashin et la musique française

Kondrashin et la musique française

Curieusement, alors que les chefs d’orchestres français fréquentent assidûment les partitions des compositeurs russes (il suffit de penser aux grandes réussites de Charles Munch, Jean Martinon, Pierre Monteux dans les symphonies de Tchaïkovski), la réciproque est assez rare. Certes, les chefs russes pratiquent les chefs d’œuvres incontournables, mais force est constater qu’à l’exception du grand Evgueni Svetlanov qui programma en première soviétique des pièces comme la Turangalîla-Symphonie de Messiaen et ...
Les symphonies

Les Symphonies de Dimitri Chostakovitch

Anniversaire Dimitri Chostakovitch Rarement dans l’histoire de la musique un corpus symphonique, étalé sur toute une vie créatrice, ne s’est révélé autant homogène. Si certaines symphonies de Chostakovitch sont plus souvent jouées et enregistrées que d’autres, aucune ne peut être considérée comme «mineure» dans la production de ce compositeur. En un ou plusieurs mouvements, pour cordes ou grand orchestre, avec ou sans voix, de 20 à 80 minutes, tout l’univers de ...