Plus de détails

Franz Krommer (1759-1831) : Grand Trio en fa majeur pour violon, alto et violoncelle op. 96 ; Quatuor en Sol majeur pour flûte, violon, alto& violoncelle op. 92 ; Trois Danses nationales hongroises pour quatuor à cordes. Nicole Tamestit & la Compagnie : Georges Barthel, flûte ; Nicole Tamestit & Jacques Bonvallet, violons ; Sophie Cerf, alto ; Jérôme Huille, violoncelle. 2 CD Diligence DIL8. Code- barres : 5 425008 376820. Enregistré du 13 au 17 novembre 2008 en la Chapelle de L’Hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours (Paris 14e). Notice trilingue (français, anglais, allemand). Durées : 73’11’’ ; 13’14’’

 

Le pouvoir qu’avaient les musiciens tchèques nés avant Smetana d’imposer leur génie dans la vie culturelle déjà si dense de Dresde, Mannheim, Vienne ou Paris, justifia en partie l’expression » Prague, conservatoire de l’Europe ». Aussi le désir de plaire et de s’adapter à des publics divers et pas toujours constants expliquerait-il le règne contrarié de forces et de limites auquel Franz Krommer fut, comme nombre de ses compatriotes, assujetti.

L’abondance de chefs-d’œuvre dans la plupart des genres de musique de chambre, quatuor en tête, ne laisse pas de faire apparaître le trio à cordes comme désavantagé. Jusqu’au XXe siècle qui voit Roussel, Schœnberg et Webern lui redonner une valeur et un intérêt indiscutables, seul le Divertimento « à Puchberg » KV 563 de Mozart se maintiendra au répertoire. S’inspirant de ce dernier, notamment par le nombre de mouvements, le Grand Trio pour violon, alto et violoncelle, auquel pourtant ne font défaut ni l’originalité ni l’esprit, trahit l’ambition de parvenir à un niveau d’expression plus mûr et impliqué que ne le suggère le style galant dont le compositeur ne taira que périodiquement l’éternelle séduction.

Nicole Tamestit et La Compagnie n’ont rien à apprendre dans l’art de cerner le clair-obscur dans le jeu de sonorités spécifique au trio ainsi que dans les contrastes habituels de la forme sonate, soulignant à l’envi le caractère décisif et inéluctable de certaines modulations. Le brio dans la maîtrise des coups d’archet rapides ou rebondissants, vigoureux voire acérés, ne contredit pas la conception d’une virtuosité comme partie intégrante du discours : le foisonnement mélodique en est souvent indissociable et finit par se confondre avec une forme d’ornementation presque excessive, digne de maintes expériences chambristes de Louis Spohr (1784-1859) où l’on perçoit ce même mélange étouffant de torpeur et de tension.

Le Quatuor pour flûte et cordes réintroduit le compositeur que nous apprécions davantage lorsqu’agit sa subtile alchimie de charme et de métier. L’esprit concertant et les oppositions de timbres plus marquées de par la complicité d’instruments à vent très présents dans ses concertos, quatuors et quintettes, lui étaient en sorte plus naturels et familiers. La fraîcheur et le dynamisme, très bien restitués par une interprétation à laquelle manquerait juste un peu de sensualité, n’excluent ni la profondeur ni l’émotion dont le deuxième mouvement témoigne avec éloquence.

Les trois Danses hongroises pour quatuor avec violon solo, vives et enjouées mais parfois teintées d’une nostalgie annonçant de plus célèbres pages, révèlent des merveilles d’écriture et ne sont pas très éloignées de ce qu’un Schubert pouvait composer dans le même registre aux heures d’un Congrès de Vienne où l’on remarquait avec étonnement la place qu’y occupaient de façon frénétique toutes sortes de danses.

Passionnés, curieux, hédonistes ! Malgré la regrettable brièveté du second CD, ne laissez aucune hésitation vous détourner d’une promenade bénéfique dans la Vienne de 1818.

(Visited 100 times, 1 visits today)

Plus de détails

Franz Krommer (1759-1831) : Grand Trio en fa majeur pour violon, alto et violoncelle op. 96 ; Quatuor en Sol majeur pour flûte, violon, alto& violoncelle op. 92 ; Trois Danses nationales hongroises pour quatuor à cordes. Nicole Tamestit & la Compagnie : Georges Barthel, flûte ; Nicole Tamestit & Jacques Bonvallet, violons ; Sophie Cerf, alto ; Jérôme Huille, violoncelle. 2 CD Diligence DIL8. Code- barres : 5 425008 376820. Enregistré du 13 au 17 novembre 2008 en la Chapelle de L’Hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours (Paris 14e). Notice trilingue (français, anglais, allemand). Durées : 73’11’’ ; 13’14’’

 
Mots-clefs de cet article
[addtoany buttons="facebook,twitter,email"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.