À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Szymanowski, l’intégrale violonistique par Alina Ibragimova et Cédric Tiberghien

Plus de détails

Karol Szymanowski (1882-1937) : Nocturne et tarentelle op. 28 ; Mythes op. 30 ; Romance en ré majeur op. 23  ; Sonate pour violon en ré mineur op. 9 ; Trois caprices de Paganini op. 40 ; La Berceuse d’Aïticho Enia op. 52. Alina Ibragimova, violon ; Cédric Tiberghien, piano. 1 CD Hyperion CDAA67703. Code barre : 0 34571 17703 8. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Enregistré en juillet 2008. Durée : 76’34’’

 

Les Clefs ResMusica

Alors que son opéra le Roi Roger commence timidement à s’imposer sur les scènes (entrée au répertoire de l’Opéra de Paris et une nouvelle production au festival de Bregenz) le label Hyperion publie l’intégrale des œuvres pour violon et piano de .

Ces partitions pour piano se répartissent tout au long de son œuvre. Créée par le pianiste Arthur Rubinstein, un ami indéfectible du compositeur et le violoniste Pawel Kochanski, la Sonate pour violon et piano (1905), montre l’influence dominante de Scriabine alors que le compositeur tâtonne à se chercher un style.

Dès la Romance en ré mineur on sent poindre cette esthétique exotique et songeuse qui tire ici vers le côté rhapsodique. Mythes et Nocturnes et tarantella sont certainement les deux partitions majeures de Szymanowski pour violon et piano. Le compositeur était particulièrement fier de ses Mythes (1915), il estimait y avoir inventé «un nouveau mode d’expression pour le violon». La beauté des phrases musicales et l’élaboration du discours piano/violon emmènent l’auditeur dans un monde sonore aux mystères insondables. Nocturne et tarentelle (1915) poursuivent ce voyage sonore avec des réminiscences de danses de la méditerranée et nocturnes qui évoquent Debussy et Busoni.

Deux «petites pièces» pour terminer ce disque : Trois caprices de Paganini et La Berceuse d’Aïticho Enia. Cette dernière, composée en 1925, est une transition brutale après les Variations sur des thèmes de Paganini, vers un monde sonore plus abrupt et noir dans ses teintes.

Le duo réunit pour l’occasion nous comble par son alliance de flamme sauvage et de raffinement. Le côté «barbare» est incarné par la violoniste à la sonorité ample et avec ce qu’il faut de rauque pour cerner le côté rebelle de ces pièces. De son côté multiplie les couleurs et les nuances tirant les parties de piano vers la sensualité spontanée d’un Debussy ou d’un Ravel.

Plus de détails

Karol Szymanowski (1882-1937) : Nocturne et tarentelle op. 28 ; Mythes op. 30 ; Romance en ré majeur op. 23  ; Sonate pour violon en ré mineur op. 9 ; Trois caprices de Paganini op. 40 ; La Berceuse d’Aïticho Enia op. 52. Alina Ibragimova, violon ; Cédric Tiberghien, piano. 1 CD Hyperion CDAA67703. Code barre : 0 34571 17703 8. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Enregistré en juillet 2008. Durée : 76’34’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.