Concerts, La Scène, Musique symphonique

L’effet Dudamel avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 26-VI-2009. Erich Wolfgang Korngold (1897- 1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op.35 ; Gustav Mahler (1860- 1911) : Symphonie n°1 en ré majeur « Titan ». Renaud Capuçon, violon. Orchestre Philharmonique de Radio-France, direction : Gustavo Dudamel

Une fin de saison parisienne sans n’est pas une vraie clôture. L’Orchestre Philharmonique de Radio-France se félicite de l’inviter régulièrement depuis 2005, ce soir avec , et pour cause.

Visiter un répertoire marginal avec à propos, comme le concerto de Korngold, n’est pas donné à tous. C’est avec une intuition juste et un lyrisme qui jamais ne sombre dans la caricature que aborde les cimes de la partition dont les méandres orchestraux sont agencés de main de maître par . Si le soliste souligne à outrance la fougue des passages rapides, il sait capter la luminosité des aigus, phraser la Romance avec une simplicité majestueuse et sincère et conclure sur un Finale endiablé avec brio. Malgré la sonorité charnue, soutenue, du violoniste qui trouve ici du sur mesure, la puissance orchestrale a parfois pris le dessus et masqué de ces détails qui font la subtilité de l’écriture violonistique.

Quand Gustavo Dudamel a été distingué par le concours Mahler en 2004, ce n’est pas son précoce talent technique qui a fait la différence, mais sa vision. Une vision pour Mahler où le caractère tient la première place. Où l’équilibre des dynamiques, des couleurs, des tensions tient en haleine. Où l’ordre accepte le «désordre»: le chef parvient à des subtilités surprenantes de styles, de phrasés, de tempi,… avec un orchestre en état de grâce, sinon de transe. La justesse des intentions et de la forme sont tels que les minimes imperfection individuelles s’effacent devant l’identité collective. A la fois charismatique et modeste, Dudamel a su insuffler à tous niveaux une conviction exceptionnelle pour un résultat détonnant.

Crédit photographique : Gustavo Dudamel © DR

(Visited 67 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 26-VI-2009. Erich Wolfgang Korngold (1897- 1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op.35 ; Gustav Mahler (1860- 1911) : Symphonie n°1 en ré majeur « Titan ». Renaud Capuçon, violon. Orchestre Philharmonique de Radio-France, direction : Gustavo Dudamel

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.