À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Magdalena Kožená s’invite chez Vivaldi

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : airs de Tito Manlio, Juditha Triumphans, La Verità in Cimento, Farnace, Arsilor, Regina di Ponto, Orlando Furioso, Ottone in Villa, Griselda, L’Incoronazione di Dario, Orlando finto pazzo, L’Olimpiade. Magdalena Kožená, mezzo-soprano. Venice Baroque Orchestra, direction : Andrea Marcon. 1 cd Archiv Produktion 477 8096. Code barre 0 28947 78096 0. Enregistré en octobre 2008 au Kulturzentrum Grand Hotel de Toblach. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Livret en italien, traduit en français, anglais et allemand. Durée : CD’s 1 h 17’19’’.

 

Dix ans après The Vivaldi Album de Cecilia Bartoli qui devait s’avérer comme l’un des albums de musique classique parmi les plus vendus au monde,
s’attaque au même répertoire. Comparaison n’est pas raison, mais difficile de résister à l’envie de comparer les quelques airs identiques qu’on retrouve dans les deux albums. Si avec Cecilia Bartoli c’est le théâtre qui l’emporte sur la pureté intrinsèque du chant, chez la mezzo tchèque, un soin majeur est apporté à l’expression purement vocale. Qui a raison ? Il est indéniable que le tempérament de feu de Cecilia Bartoli convient particulièrement aux airs guerriers et de vengeance comme dans «Anderò, volerò, griderò» de L’Orlando finto pazzo, là où la voix presque trop belle de Magdalená Kozena apparaît d’une gentillesse excessive pour la prosodie de cet air.

C’est dans les romances comme «Sonno, se pur sei sonno» de Tito Manlio ou «Mentre dormi amor fomenti» de L’Olimpiade que le chant de la mezzo tchèque trouve sa majeure expressivité. Empreints d’une douceur extatique absolument incomparable, ces airs sont incontestablement les plus beaux moments de cet enregistrement. Et peut-être, sera-t-on plus encore bouleversé par l’interprétation de Magdalena Kozená de son «Gelido in ogni vena» du Farnace que par celle de Bartoli. Avec une voix d’une froide beauté, elle tire les larmes en racontant l’effroi de Farnace qui ne comprend pas que sa femme Tamiri soit encore en vie après avoir tué leur fils.

Du côté de l’ensemble orchestral, sa prestation apparaît inégale. Se profilant souvent comme un superbe accompagnateur, particulièrement sensible lors des interventions de leur flûtiste solo Michele Favaro, le Venice Baroque Orchestra se laisse parfois aller à des rudesses instrumentales regrettables.

Si cet enregistrement ne peut avoir la prétention de détrôner l’album de Cecilia Bartoli de ses ventes record, il n’en reste pas moins un document admirablement ravissant d’une des plus belles voix de notre époque.

(Visited 281 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : airs de Tito Manlio, Juditha Triumphans, La Verità in Cimento, Farnace, Arsilor, Regina di Ponto, Orlando Furioso, Ottone in Villa, Griselda, L’Incoronazione di Dario, Orlando finto pazzo, L’Olimpiade. Magdalena Kožená, mezzo-soprano. Venice Baroque Orchestra, direction : Andrea Marcon. 1 cd Archiv Produktion 477 8096. Code barre 0 28947 78096 0. Enregistré en octobre 2008 au Kulturzentrum Grand Hotel de Toblach. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Livret en italien, traduit en français, anglais et allemand. Durée : CD’s 1 h 17’19’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.