À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Vesselina Kasarova, welcome to the chest voice

Plus de détails

« Passionate arias ». Airs, duos et pièces orchestrales extraits d’opéras de Georges Bizet (1838-1875), Francesco Cilea (1866-1950), Pietro Mascagni (1863-1945), Camille Saint-Saëns (1835-1921) Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), Giuseppe Verdi (1813-1901). Vesselina Kasarova, mezzo-soprano ; Zoran Todorovich, ténor ; Münchner Rundfunkorchester, direction : Giuliano Carella. 1 CD RCA Red Seal 88697283502. Code barre : 886972835020. Enregistré du 22 au 26 octobre 2007, au Studio 1 de la Bayerischer Rundfunk, à Munich. Notice en anglais, allemand et français ; textes traduits en anglais, allemand, français et italien disponibles sur le CD. Durée : 58’22’’

 

On voudrait passer rapidement sur la notice, qui, pour ce genre de récital, n’a pas grande nécessité. Mais, après avoir vainement tenté de justifier le titre de l’album par une prétendue cohérence du programme, l’auteur entreprend de résumer chaque opéra, et, entre autres maladresses, il avance que, dans Le trouvère, Azucena ignore si elle a jeté au feu son propre fils ou celui du Comte de Luna : le livret du Trouvère est certes rocambolesque, mais pas complètement absurde !

s’est illustrée dans les répertoires baroque, classique et romantique. Elle aborde ici des rôles d’un format plus lourd et d’une tessiture tendue. Les notes les plus aiguës (jusqu’au do bémol dans «O don fatale») manquent d’éclat et semblent artificiellement réverbérées. Les notes graves, en revanche, ne lui posent aucun problème, et la chanteuse se complaît à produire dès que possible des sons «poitrinés» particulièrement impressionnants. On est en droit de trouver ce procédé pénible et vulgaire, mais rien n’interdit son usage dans ce répertoire, et il est quasiment indispensable dans Cilea et Mascagni. En l’occurrence, même si la voix ne sonne pas caverneuse et conserve son homogénéité, le grossissement abusif du registre grave s’accompagne de nombreux sons pris «par dessous», au détriment parfois de la justesse.

Forte de cette générosité vocale, s’emploie à donner aux airs dramatiques une expression tourmentée. Par ailleurs, elle déploie son art du chant orné dans les trilles de «Stride la vampa» et dans les colorature de La chanson du voile de Don Carlo. La souplesse féline et le style incisif sont appréciables, même si, en Azucena, Marylin Horne (Decca), a obtenu par les mêmes moyens un effet encore plus étonnant. Dans La chanson du voile, certaines libertés rythmiques ressemblent un peu trop à de la négligence. Les airs les plus réussis sont en fait ceux dans lesquels la chanteuse peut utiliser son timbre corsé pour incarner un personnage, compensant par la volupté de la ligne de chant une prononciation très perfectible. Elle peint ainsi une touchante Jeanne d’Arc (de Tchaïkovski), une Santuzza étonnamment séduisante et une Dalila langoureuse, bien soutenue par un orchestre qui réussit enfin à s’élever au dessus d’une efficace routine. Mais sa volonté de créer une Carmen irrésistible la pousse à de regrettables excès, qui rappellent les tristes exemples d’Anna Moffo (RCA) et de Leontyne Price (Decca). Avec ses accents très particuliers («Dâwôn José») et ses vilaines notes aspirées («Mon hamoureux, il est au diâââble»), cette bohémienne ne craint ni la pacotille, ni le mauvais goût («Cela montait, montait, montait» etc. ). Dans le duo du second acte, partage ce style imprécis et laborieux qui défigure si souvent l’œuvre.

A qui recommander ce récital ? Les fans l’ont déjà acheté. Pour les autres, tout dépend de leur capacité à faire abstraction d’un style discutable pour apprécier une personnalité et une voix peu communes.

Plus de détails

« Passionate arias ». Airs, duos et pièces orchestrales extraits d’opéras de Georges Bizet (1838-1875), Francesco Cilea (1866-1950), Pietro Mascagni (1863-1945), Camille Saint-Saëns (1835-1921) Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), Giuseppe Verdi (1813-1901). Vesselina Kasarova, mezzo-soprano ; Zoran Todorovich, ténor ; Münchner Rundfunkorchester, direction : Giuliano Carella. 1 CD RCA Red Seal 88697283502. Code barre : 886972835020. Enregistré du 22 au 26 octobre 2007, au Studio 1 de la Bayerischer Rundfunk, à Munich. Notice en anglais, allemand et français ; textes traduits en anglais, allemand, français et italien disponibles sur le CD. Durée : 58’22’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.