À emporter, Biographies, Livre

Giacinto Scelsi, une vie

Plus de détails

Giacinto Scelsi : Il Sogno 101. « Autobiographie officielle » présentée et commentée par Luciano Martinis et Alessandra Carlotta Pellegrini. Coordination : Sharon Kanach. Actes sud. ISBN : 978-2-7427-6367-2. Dépôt légal : juillet 2009. 320 pages. 30€

 

Les Clefs ResMusica

Après Les anges sont ailleurs … et le recueil de poèmes L’Homme du son, le troisième opus des écrits de , supervisé par Sharon Kanach – son ultime assistante – Il Sogno 101, récit de sa propre vie en deux parties, vient de paraître.

Nulle continuité historique. Il s’agit simplement de souvenirs racontés au fil de la plume, ou plutôt au fil de la parole puisque ces mémoires sont à la base enregistrées sur bande magnétique. Dans la première partie, Scelsi y apparaît «à nu», dévoilant ses soucis de santé, ses névroses – et avec quel humour il les gère – et surtout ses sentiments et témoignages sur la vie musicale de ses contemporains et de lui-même. Une somme passionnante, qui se lit d’un seul trait, rapidement, trop peut-être tant le contenu est captivant.

Cette première partie du Sogno 101 regorge de mille et une anecdotes qu’il serait trop long de détailler mais surtout nous renseigne sur Scelsi l’homme, lui qui fut si peu dissert de son vivant. Le lecteur y comprend le long cheminement de ce fils de la vieille noblesse italienne, de son éducation si particulière, presque médiévale, isolé dans le château des Ayala Valva, de son accession au rang de Comte, de ses premières années de «compositeur moderniste» dans les années 30, dandy latino des soirées huppées de Paris ou Monaco, jusqu’à l’ascèse mystique finale. Toutefois le long passage de sa vie en asile psychiatrique en Suisse reste encore un mystère… Ainsi que les attaques dont il fut tout au long de sa carrière la victime, à l’exception de la première désastreuse de Kom-Om-Pax qu’il relate avec de nombreux détails.

La seconde partie est un long poème en vers libre sur sa possible résurrection. Récité en une nuit à un moment ou Scelsi pensait sa mort prochaine (il devait lui rester presque 8 ans à vivre en réalité …), c’est une œuvre surréaliste et onirique, très semblable à celle de son grand ami Henri Michaux.

Cette publication essentielle pour comprendre l’homme et sa musique est due au minutieux travail de Luciano Martinis, l’ami éditeur et Alessandra Carlotta Pellegrini, musicologue. Car il a fallu transcrire, corriger, annoter, chercher les multiples références citées, … un travail minutieux pour un livre remarquable.

(Visited 183 times, 1 visits today)

Plus de détails

Giacinto Scelsi : Il Sogno 101. « Autobiographie officielle » présentée et commentée par Luciano Martinis et Alessandra Carlotta Pellegrini. Coordination : Sharon Kanach. Actes sud. ISBN : 978-2-7427-6367-2. Dépôt légal : juillet 2009. 320 pages. 30€

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.