Plus de détails

Antonio Bertali (1605-1669) : Prothimia suavissima. Ars Antiqua Austria : Ilia Korol, violon et alto ; Claire Pottinger-Schmidt, viole de gambe ; Jan Krigovsky, violone de Bohême ; Norbert Zeilberger, orgue et clavecin ; Hubert Hoffman, archiluth ; Direction et violon : Gunar Letzbor. 1 CD Arcana A 340. Code Barre : 3 464858 013402. Enregistré à l’église de l’Assomption à Hallstatt, Autriche, du 24 au 29 août 2005. Notice quadrilingue (français, allemand, anglais, italien). Durée totale : 68’15’’.

 

, compositeur italien à la Cour de Vienne, a participé d’une manière spéciale à la métamorphose que connut le violon au XVIIe siècle. A l’heure où les Fontana, Marini ou encore Cazzati, devenaient les catalyseurs de sa brillante virtuosité, le maître de chapelle a voulu, au contraire, révéler toute la beauté subtile de son timbre. Sous la direction de , l’ensemble Ars Antiqua Austria présente la seconde partie du recueil Prothimia suavissima, ou plaisir le plus doux, comprenant douze sonates pour trois ou quatre instruments et basse continue. À la Cour de Vienne, les danses s’animent sous la musique de Bertali. Les sonates s’inspirent des Canzone italiennes, dont les parties contrastées se juxtaposent dans leur tempo et s’enchaînent sans interruption. L’ensemble Ars Antiqua Austria, dès les premiers mouvements de la sonate, mettent en valeur une musique expressive, aux formes et aux couleurs changeantes, tour à tour dansante, presque enfantine (dans la sonate I), puis profonde, grave, contemplative (dans la Sonate III).

L’ensemble offre un véritable caléidoscope sonore des sentiments humains, révélant ainsi la richesse de leurs instruments. Au milieu des rires et des danses, les dissonances et les passages lents laissent entrevoir une certaines mélancolie. Mais, ce qui frappe surtout chez , c’est le génie de la composition, dans l’échange musical qu’il instaure entre les instruments de l’ensemble. Pour reprendre les mots de , «l’auditeur se voit obligé de suivre activement, l’esprit alerte et les sens en éveil, les lignes polyphoniques». Et, de fait, les effets de surprise dans l’enchaînement des mouvements ou des harmonies sont parfaitement rendus par l’ensemble. Dans cette cohésion, chaque membre de l’ensemble affirme sa personnalité, y compris les troisième et quatrième voix que sont la viole de gambe et violone. Chacun se révèle dans les nombreuses improvisations laissées par le compositeur. Leur jeu est d’ailleurs servi par une prise de son ample et précise. L’interprétation permet ainsi d’apprécier au mieux toutes les richesses de cette conversation instrumentale, faite de messes basses, de réponses bien senties, de tensions parfois, mais qui finit toujours par la conciliation et l’accord majeur final. La beauté mélodique réside dans la sophistication de la composition : tel serait la formule magique d’ pour faire du violon le nouveau prince de la cour de Vienne. Dépositaires de cette splendide musique, pourtant méconnue du grand public, les membres de l’ensemble Ars Antiqua Austria, sont devenus de parfaits prestidigitateurs de l’expression, les maîtres de la surprise rythmique et sonore.

(Visited 95 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Bertali (1605-1669) : Prothimia suavissima. Ars Antiqua Austria : Ilia Korol, violon et alto ; Claire Pottinger-Schmidt, viole de gambe ; Jan Krigovsky, violone de Bohême ; Norbert Zeilberger, orgue et clavecin ; Hubert Hoffman, archiluth ; Direction et violon : Gunar Letzbor. 1 CD Arcana A 340. Code Barre : 3 464858 013402. Enregistré à l’église de l’Assomption à Hallstatt, Autriche, du 24 au 29 août 2005. Notice quadrilingue (français, allemand, anglais, italien). Durée totale : 68’15’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.