Danse , La Scène, Spectacles Danse

Do you remember, No I don’t : Hommage à Heiner Müller

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 13/X/09. François Verret  : Do you remember, No I don’t. Mise en scène : François Verret. Avec la collaboration de Sylvie Blum. Partition et dramaturgie sonore : Alain Mahé et Géraldine Foucault avec la collaboration de Graham F. Valentine. Son : Géraldine Foucault. Lumières : Christophe Olivier. Scénographie et construction : Vincent Gadras. Vidéo : Manuel Pasdelou. Costumes : Eve Le Trévedic. Avec Jean-Baptiste André, Séverine Chavrier, Angela Laurier, Ahmed Meguini, Sean Patrick Mombruno, Dorothée Munyaneza.

C’est un Théâtre de la Ville de nouveau convivial, avec une librairie, un vrai vestiaire et même un bar, qui a accueilli en cette rentrée le public de la danse pour le nouvel opus de , consacré à Heiner Müller.

« Do you remember, No I don’t » est un hommage à Heiner Müller, grand et sombre dramaturge allemand. Après avoir revisité l’œuvre de Melville, Faulkner ou Musil, le chorégraphe – metteur en scène creuse le sillon de la mémoire de l’horreur et de l’apocalypse avec intensité. Directeur du Berliner Ensemble, le théâtre mythique de Bertolt Brecht, Heiner Müller avait été profondément marqué par la guerre et ses trahisons qui lui inspirèrent une œuvre puissante et provocatrice, essentiellement basée sur la relecture de mythes anciens. nous propose pour transcrire cette œuvre un théâtre d’atmosphères, d’images sonores, plutôt que de texte ou de mouvement.

Le plateau s’anime d’abord dans une ambiance de chaleur et d’acier, qui évoque le passé industriel de l’Allemagne et les horreurs de la guerre. Puis c’est un piano arrangé (joué par une pianiste dérangée) qu’on promène dans un espace dont on dégage soudainement le tapis noir de charbon. C’est assez beau et très mystérieux. Malheureusement, pour qui n’est pas suffisamment familier de l’œuvre de Heiner Müller, le propos reste désespérément obscur.

Ces images étranges prennent parfois la forme d’un hommage détourné au cinéaste David Lynch, comme lorsque l’un des interprètes se déplace en fauteuil roulant, illuminant son visage par en dessous d’une lampe torche. Est-ce un spectacle futuriste auquel on peut reconnaître une certaine grandeur apocalyptique ? Ou plutôt une proposition fumeuse où les danseurs évoluent dans un fatras psychologisant qu’on démêle avec peine ? Difficile à dire après cette heure de spectacle plutôt bien accueillie par le public…

Crédit photographique © Nicolas Joubard

(Visited 137 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 13/X/09. François Verret  : Do you remember, No I don’t. Mise en scène : François Verret. Avec la collaboration de Sylvie Blum. Partition et dramaturgie sonore : Alain Mahé et Géraldine Foucault avec la collaboration de Graham F. Valentine. Son : Géraldine Foucault. Lumières : Christophe Olivier. Scénographie et construction : Vincent Gadras. Vidéo : Manuel Pasdelou. Costumes : Eve Le Trévedic. Avec Jean-Baptiste André, Séverine Chavrier, Angela Laurier, Ahmed Meguini, Sean Patrick Mombruno, Dorothée Munyaneza.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.