À emporter, Audio, Musique de chambre et récital, Opéra

Jonas Kaufmann, l’évolution d’un ténor

Plus de détails

Sehnsucht. Extraits de : Die Zauberflöte de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) ; Fierrabras et Alfonso und Estrella de Franz Schubert (1797-1828) ; Lohengrin, Die Walküre et Parsifal de Richard Wagner (1813-1883). Jonas Kaufmann, ténor. Margarete Joswig, mezzo-soprano ; Michael Volle, baryton-basse. Chœur du Teatro Regio di Parma (chef de chœur : Marco Finucci). Mahler Chamber Orchestra, direction : Claudio Abbado. 1 CD Decca Réf : 478 1463. Code-barre : 0 28947 81463 4. Enregistré à l’Auditorium Niccolò Paganini à Parme, en décembre 2008. Notice trilingue (anglais-français-allemand. Durée : 69’07

 

Il y a plusieurs années que ResMusica suit attentivement la carrière de en rendant compte des étapes les plus importantes de la carrière de celui qui fut alors une jeune révélation.

Depuis, cette carrière a explosé, le ténor allemand étant aujourd’hui l’un des chanteurs les plus demandés du monde. Et Kaufmann a changé de répertoire : le ténor de lyrique des premières années est en train de s’approprier des rôles de plus en plus lourds. En témoigne son nouveau récital dont une bonne moitié est consacrée à Richard Wagner.

Mais cet album témoigne également d’une évolution vocale problématique. Car, pour pouvoir aborder les Lohengrin, Parsifal, Don José et autres Don Carlos, s’est aventuré dans une émission de plus en plus basse, grossissant son médium au détriment du placement et de la projection de la voix. Si l’aigu n’en a pas (encore ?) souffert, les sons engorgés dans le médium (depuis toujours un point faible du chanteur) se sont multipliés. Dommage…

Un récital raté donc ? Mais non, les choses ne sont pas si faciles. D’abord, il y a toujours la fascination de ce timbre, à la fois viril et rêveur. Il y a également la force unique d’un registre aigu particulièrement vaillant. Et il y a le charisme d’un interprète d’une rare sensibilité. Peut-on imaginer un Lohengrin plus tendre, un Siegmund plus poétique, un Florestan plus bouleversant ou un Parsifal plus ardent ? Et si un Tamino aussi héroïque (aux côtés d’ailleurs d’un superlatif) surprend aujourd’hui, rappelons que Helge Rosvaenge, Rudolf Schock, voire Wolfgang Windgassen ont brillé dans ce rôle.

Si ce récital laisse en fin de compte une impression très favorable, c’est aussi dû à la présence magique de au pupitre du sublime . Car le chef italien n’a rien d’un fidèle serviteur, tâchant surtout de ne pas faire de l’ombre à son divo. Comme Kaufmann, Abbado évite tout ce qui pourrait paraître démonstratif dans un tel album. Ici, on n’a pas aligné des extraits lyriques pour exhiber le talent vocal d’un chanteur. Ici, on a interprété de la musique. Et ça s’entend.

(Visited 263 times, 1 visits today)

Plus de détails

Sehnsucht. Extraits de : Die Zauberflöte de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) ; Fierrabras et Alfonso und Estrella de Franz Schubert (1797-1828) ; Lohengrin, Die Walküre et Parsifal de Richard Wagner (1813-1883). Jonas Kaufmann, ténor. Margarete Joswig, mezzo-soprano ; Michael Volle, baryton-basse. Chœur du Teatro Regio di Parma (chef de chœur : Marco Finucci). Mahler Chamber Orchestra, direction : Claudio Abbado. 1 CD Decca Réf : 478 1463. Code-barre : 0 28947 81463 4. Enregistré à l’Auditorium Niccolò Paganini à Parme, en décembre 2008. Notice trilingue (anglais-français-allemand. Durée : 69’07

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.