À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Belge et oublié Albert Huybrechts

Plus de détails

Albert Huybrechts (1899-1938) : Sonates pour violon et piano ; chant funèbre pour violoncelle et piano ; Trio à cordes. Pierre Amoyal, violon ; Marie Hallynck, violoncelle ; Davide Lively, Piano ; Yuko Shimizu-Amoyal, alto. 1 CD Cypres CYP 4630 ; code barre 5 412217 046309 ; enregistré à la Salle philharmonique, Liège, du 30 avril au 4 mai 2008 ; notice de présentation bilingue (français et anglais) ; durée totale : 53’26’’.

 

, compositeur belge du début du XXe siècle laissa une trentaine d’œuvres, essentiellement de musique de chambre et pour la voix. Après avoir été initié à la musique par son père, il obtient au conservatoire royal de Bruxelles le premier prix de hautbois, puis de contrepoint. En même temps, il travaille comme pianiste de music-hall. D’abord profondément influencé par l’écriture de Debussy et de Ravel, son style va évoluer en fréquentant les «Concerts Pro Arte», où le quatuor du même nom et d’autres musiciens font entendre des œuvres novatrices de Satie, Berg, Stravinski, Schönberg, Honegger, Bartók, et bien d’autres contemporains. Alors qu’il se débat constamment dans des difficultés financières, il reçoit en 1926 une double récompense de la part des Etats-Unis : le premier grand prix du Festival d’Ojah Valley, Californie, pour son premier Quatuor à cordes (1924), et le prestigieux Prix Coolidge pour sa Sonate pour violon et piano (1925), qui figure sur ce disque. Il meurt en 1938, peu après avoir été nommé professeur d’harmonie au Conservatoire de Bruxelles.

Dans la sonate pour violon et piano (1925), l’influence de Debussy est évidente, notamment dans le premier mouvement. Le mouvement lent, plus «expressionniste», si l’on peut le qualifier ainsi, est une complainte pleine de lyrisme que fait vibrer sur son violon, exprimant une douleur intense. Retour à quelques notes debussystes dans le finale, avec, ça et là, cette violence révoltée que le piano sait si bien exprimer. Dans le Chant funèbre, (1926), le violoncelle «chante» ou plutôt «gémit» de douleur. L’interprétation de ajoute à cette complainte quelques touches poétiques qui l’empêchent de sombrer dans un pur déchirement. Sombre, même lugubre, la partie du piano redouble le sentiment de désespoir. La grande partie du Trio pour violon, alto et violoncelle (1936), l’une de ses dernières compositions, touche la limite de tonalité et évoque Berg. Le caractère élégiaque des deux premiers mouvements se résout avec un «vif et décidé» quelque peu inquiétant.

Dans ce disque, le son est sec, dépourvu de résonance, ce qui accentue le sentiment de désolation, sinon le tourment intérieur du compositeur qui imprègne la musique et que l’interprétation rend tout à fait perceptible.

Plus de détails

Albert Huybrechts (1899-1938) : Sonates pour violon et piano ; chant funèbre pour violoncelle et piano ; Trio à cordes. Pierre Amoyal, violon ; Marie Hallynck, violoncelle ; Davide Lively, Piano ; Yuko Shimizu-Amoyal, alto. 1 CD Cypres CYP 4630 ; code barre 5 412217 046309 ; enregistré à la Salle philharmonique, Liège, du 30 avril au 4 mai 2008 ; notice de présentation bilingue (français et anglais) ; durée totale : 53’26’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.