Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Nathalie Stutzmann, Vanne Orfeo, felice a pieno !

Plus de détails

Paris, Salle Gaveau. 04-II-2010. Antonio Vivaldi (1678-1741). Concerto en sol mineur op. 3 n° 2 RV 578 (extrait de « L’Estro armonico ») ; Stabat mater en fa mineur RV 621 ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concerto grosso en fa majeur op. 3 n° 4 HWV 315 ; airs extraits de Rinaldo, Amadigi di Gaula, Rodelinda. Nathalie Stutzmann contralto et direction, Orfeo 55.

«Tous ces Vivaldi que j’ai énormément chantés étant jeune et qu’on n’a jamais voulu me confier ensuite quand j’ai commencé à aborder Mahler, j’ai envie de les faire comme j’ai toujours eu envie de les faire, avec une pensée musicale propre.» Voilà ce que confiait à Resmusica, dans un récent entretien, à propos de l’ensemble qu’elle venait de créer, et dont la salle Gaveau vient d’accueillir la première prestation parisienne. Sur instruments anciens, propose un jeu «informé», d’un haut niveau technique et d’un style qu’on pourrait dire tempéré. Point de ces extravagances qu’on associe fréquemment aujourd’hui à Vivaldi, mais point de banalités non plus : phrasé avec une heureuse imagination, le Concerto en sol mineur conjugue énergie et grâce souriante. Le Concerto grosso en fa majeur de Haendel est à l’image de la direction de , d’une élégance nette et déliée, notamment dans les rythmes «à la française» de l’Ouverture. Si l’on y ajoute des couleurs agréables et pleines, relevées par la présence d’un théorbe, il faut reconnaître à cet ensemble des qualités déjà bien affirmées.

Dans les pièces vocales, on comprend vite que Nathalie Stutzmann n’a pas seulement voulu offrir un écrin à son timbre hors du commun, et au chant sévère et fouillé qui n’appartient qu’à elle. Elle fait le pari de diriger aussi quand elle chante, et même de diriger véritablement par son chant, la voix dessinant aux instrumentistes la ligne à suivre : l’expérience semble vouloir se situer à mi-chemin entre le chant accompagné et le jeu collectif d’un ensemble. Cela ne réussit pas toujours dans le Stabat mater : l’éloquence est puissante, mais tous les mouvements n’ont pas le tendre naturel qui réussit merveilleusement dans «O quam tristis». Dans les airs de Haendel, en revanche, les ritournelles prennent tout leur sens dramatique, en réponse à un chant plus librement déployé, dans le poignant «Cara sposa» comme dans l’agilité de Rodelinda. En fin de compte, par delà les beautés musicales, la plus grande satisfaction de la soirée vient certainement de ce qu’ montre une spontanéité et une fraîcheur que beaucoup d’ensembles plus rodés ont perdues. On souhaite à cette belle équipe de conserver un tel enthousiasme au cours de ses prochaines aventures.

Crédit photographique : Nathalie Stutzmann © J. F. Leclercq

(Visited 218 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Salle Gaveau. 04-II-2010. Antonio Vivaldi (1678-1741). Concerto en sol mineur op. 3 n° 2 RV 578 (extrait de « L’Estro armonico ») ; Stabat mater en fa mineur RV 621 ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concerto grosso en fa majeur op. 3 n° 4 HWV 315 ; airs extraits de Rinaldo, Amadigi di Gaula, Rodelinda. Nathalie Stutzmann contralto et direction, Orfeo 55.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.