Experience live from New York

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Concerto pour violoncelle n°1 en mi bémol majeur op. 107 ; Valses n°1 et 2 extraites de « Jazz Suite 2 » ; Valse extraite de la musique du film « The Gadfly » op. 97 ; Valse extraite de « Jazz Suite 1 » ; Valse extraite de la musique du film « Michurin » op. 78. Lev « Ljova » Zhurbin (né en 1978) : Garmoshka ; Jimi Hendrix (1942-1970) : Machine Gun. Jan Vogler, violoncelle ; The Knights, direction : Eric Jacobsen. 1 CD Sony Classical 88697469852. Code barre : 8 86974 69852 4. Enregistré les 15 et 17 octobre 2008. Notice de présentation en anglais et allemand. Durée : 58’02’’

 

« and The Knights, experience live from New York» ou comment faire vivre Jimi Hendrix et le même soir dans l’ambiance «cabaret et boisson» du Poisson Rouge à New York… L’ancien «Village Gate», renommé en français, tient sa légende de grands noms du rock, du jazz ou de la pop, de Billie Holiday à Jimi Hendrix, et tient lieu pour ce disque d’univers expérimental au concert expérimental de l’excellent violoncelliste et l’ensemble «The Knights». Un ensemble qui ne s’emprisonne pas dans le répertoire classique mais cherche, dans le jazz et la «musique du monde» une palette élargie. Un ensemble qui comprend la pratique musicale comme un dialogue entre ses musiciens, une place de parole pour chacun dans la préparation des concerts, comme au sein de plus en plus d’orchestres aujourd’hui.

Autour du Concerto n°1 de Chostakovitch (pas toujours le mieux reconnu des deux concertos du compositeur russe), se multiplient des valses, légères ou grinçantes, extraites d’œuvres diverses, instrumentales (Jazz Suites) ou cinématographiques («The Gadfly» et «Michurin»). Pour terminer par l’arrangement de Machine Gun, chanson anti-guerre de Jimi Hendrix, rudement transformée pour cordes par Kyle Sanna.

Le concert est bien équilibré, alternant légèreté et densité, par des musiciens précis quelle que soit l’atmosphère… Et le disque rend délicieusement l’intérieur du cabaret, comme des applaudissements enthousiastes mais sans rappeler comme souvent la folie des grands stades, comme les respirations des buveurs, un peu d’intimité sans air conditionné… Un vrai «disque plaisir», pas une anthologie ou un annuaire ; un CD que l’on laisse courir, sans vérifier à chaque plage ce que diable ces musiciens peuvent bien jouer… L’impression d’un moment du passé, déjà vécu, revisité à l’écoute. La pochette est comme d’autres, des photos, des CV, des textes qui cherchent chez Nietzsche une légitimité culturelle inutile. Mais les instants très agréables du disque, sans autres prétentions que de donner un moment de musique (déjà pas si mal d’y arriver, et avec talent !), restent l’essentiel et la réussite de ce projet d’enregistrement live.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.